L'ensemble du Québec frappé par une transmission communautaire, annonce Arruda [VIDÉO]

La transmission communautaire de la COVID-19 s’est désormais installée partout au Québec, a annoncé samedi le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda.

Le nouveau coronavirus n’affecte plus principalement les personnes qui reviennent d’un voyage à l’étranger et quiconque peut être considéré comme porteur.

«On passe dans une autre phase, a-t-il déclaré lors de la mise à jour quotidienne sur la crise sanitaire. Aujourd’hui, j’annonce que nous recommandons de considérer l’ensemble du Québec comme ayant de la transmission communautaire.»

«Il y a encore des gens qui peuvent l’introduire par le voyage, mais le facteur principal d’acquisition de la maladie est au Québec actuellement», a-t-il ajouté.

L’expert en santé publique a indiqué que cette nouvelle «phase» entraînera des changements au niveau de la gestion des patients.

Toute personne ayant des symptômes respiratoires sera dorénavant considérée par le personnel soignant comme étant potentiellement atteinte de la COVID-19 et devra porter un masque.

De nouveaux barrages policiers

Samedi, en remplacement du premier ministre François Legault, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a aussi annoncé que la région de Charlevoix et la ville de Rouyn-Noranda s’ajoutent à la liste de territoires frappés d’une interdiction des déplacements non essentiels.

Des policiers doivent mettre en place de nouveaux points de contrôle routiers à partir de 16 h 00, samedi, pour faire appliquer ces nouvelles directives.

Appelée à commenter le cas d’une personne à qui on a interdit d’aller porter de la nourriture à un proche âgé, Mme Guilbault, qui est également ministre de la Sécurité publique, a dit se fier au jugement des policiers.

«Un des trucs que je peux peut-être donner, (...) si une personne veut simplement aller porter de l’épicerie à un proche, peut-être s’assurer d’avoir déjà l’épicerie dans la voiture et démontrer qu’on s’en va vraiment porter du ravitaillement pour quelqu’un», a-t-elle dit en évoquant des cas exceptionnels «humanitaires».

Il n’empêche que Mme Guilbault demande aux Québécois de limiter au maximum leurs déplacements.

Elle a saisi l’occasion, samedi, pour livrer un plaidoyer sur l’importance de se conformer aux consignes de santé publique en matière de distanciation sociale, rappelant que celles-ci ont «force de loi».

«Ce n’est pas le temps en ce moment d’être égoïste, de penser à sa petite personne, de vouloir défier les lois, les directives de santé publique», a-t-elle déclaré.

«On peut encore moins accepter à ce stade-ci que des personnes et des groupes de personnes continuent de miner les efforts collectifs. (...) J’en appelle au sens des responsabilités et au civisme de tous les Québécois», a-t-elle ajouté.

Elle exhorte les personnes présentant des symptômes à faire preuve de transparence et invite les citoyens à signaler toute infraction aux forces de l’ordre.

La vice-première ministre approuve par ailleurs l’idée que les corps policiers puissent délivrer des contraventions sur-le-champ aux contrevenants.

Jusqu’ici, un policier devait rédiger un rapport d’infraction générale, qui était ensuite transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et qui pouvait mener à une amende de 1000 $ à 6000 $.

Vendredi, le DPCP a autorisé les policiers de la Sûreté du Québec et du Service de police de la Ville de Montréal à délivrer des constats d’infraction dits abrégés - avec une amende prévue de 1000 $.

Il n’écarte pas la possiblité d’élargir cette autorisation à d’autres services de police.

Tous les cas urgents de cancer sont traités, dit McCann

Par ailleurs, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a assuré samedi que tous les cas graves de cancer étaient traités.

Dans les dernières semaines, plusieurs exemples de patients atteints d’un cancer, à qui on a refusé une chirurgie ou un traitement le temps de gérer la crise de la COVID-19, ont fait surface dans les médias.

«Les cas urgents sont traités, ça c’est clair, a déclaré Mme McCann. Tous les cas urgents en cancer et même dans n’importe quel domaine sont traités. (...) Ça n’a jamais jamais cessé dans tous les domaines.»

La ministre a répété son annonce de la veille, selon laquelle des Québécois en attente d’un traitement semi-urgent contre le cancer pourront bientôt être rappelés à l’hôpital.

Elle a décidé de jeter du lest et de permettre plus d’actes, après avoir constaté que suffisamment de lits (7000) avaient été libérés pour les patients atteints de la COVID-19.

Le réseau compte en outre assez de masques N95 pour l’instant et la banque de sang est relativement bien garnie, a-t-elle expliqué.

Lundi dernier, la Société canadienne du cancer avait sonné l’alarme, disant observer que de nombreux Québécois atteints d’un cancer vivaient dans la peur que leur maladie progresse pendant la crise sanitaire.

Le portrait de la situation, en date de samedi 13 h, fait également état de 3879 personnes sous investigation.

À ce jour, 75 Québécois sont morts de la COVID-19, a affirmé la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault.

Elle a annoncé que 14 nouveaux décès ont été enregistrés dans les 24 dernières heures.

Le Québec compte désormais 6997 cas confirmés de la COVID-19, soit 896 de plus que la veille.

La région de Montréal demeure de loin la plus touchée avec 3261 cas dépistés, suivie de la Montérégie avec 683 cas, de Laval avec 569 cas et de l'Estrie avec 499 cas.

La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault a pris la parole samedi après-midi, pour faire le point sur la crise sanitaire, en remplacement du premier ministre François Legault, qui s'accorde une journée de congé.

Elle était accompagnée de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda.