Le Magasin général de Racine et sa station-service sont fermés temporairement pour prévenir la propagation de la COVID-19.
Le Magasin général de Racine et sa station-service sont fermés temporairement pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Le dépanneur de Racine ferme pour protéger ses employés

Avec une vingtaine de cas confirmés de COVID-19 au village, le seul dépanneur station-service de Racine ne prend plus de risques. Il a fermé ses portes lundi après-midi pour au moins une semaine, et probablement deux.

« Quand le gouvernement a décidé de donner les taux d’infestation par région en fin de semaine et que j’ai vu que Racine avait 20 cas pour une population de 800 personnes, je me suis dit que c’était énorme », confie le propriétaire du Magasin général de Racine, Patrice Dupont.

À LIRE AUSSI: Une équipe d’enquêteurs lutte contre la pandémie en Estrie

« Les données du gouvernement sont claires, il y a une contamination qui est forte à Racine et les employés ne voulaient plus prendre de chances. On voit que ça se propage facilement et rapidement », ajoute-t-il en entrevue téléphonique avec La Tribune.

Rappelons que la Santé publique révélait dimanche la répartition des cas de COVID-19 par Réseau local de services. On y apprenait que le Val-Saint-François présentait 42 cas [46 en date de mardi], dont une vingtaine uniquement à Racine, une petite municipalité située entre Valcourt et Saint-Denis-de-Brompton.

Selon les informations dévoilées par la Santé publique de l’Estrie, ces cas seraient tous reliés à une personne qui revenait de voyage et qui a transmis le virus lors d’une fête de famille qui a réuni de nombreuses personnes à Racine. Une de ces personnes nouvellement infectées a ensuite amené le virus dans une entreprise où il a infecté un travailleur qui, lui, a visité sa mère dans une résidence pour aînés. C’est ce qui a mené à l’éclosion au Manoir Sherbrooke.

« Ce n’est pas la ville de Racine qui est dangereuse », précisait à La Tribune dimanche le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier.

« On connaît notre monde, on sait qui est touché, on sait que personne n’a fait exprès. La fête de famille, c’était au début de la pandémie. Tout le monde a fait ce qu’il avait à faire par la suite. Mais là on ne sait pas s’il y a eu d’autres contaminations communautaires. Ce n’est pas le fun », constate Patrice Dupont.

Jusqu’à dimanche pour sa part, le dépanneur avait pris les mêmes précautions que la majorité des commerces en désinfectant régulièrement les lieux et en installant un panneau de plastique devant le comptoir de caisse.

« À toutes les heures, les employés avaient la consigne de faire le tour de toutes les poignées et de tout ce que les gens pouvaient toucher en général, poignées de porte, poignées de frigidaires, comptoirs, et ça incluait les poignées de la pompe à gaz. C’est une autre affaire qu’on faisait », précise M. Dupont.

Le Magasin général de Racine et sa station-service sont fermés temporairement pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Le propriétaire et sa conjointe assurent les heures d’ouverture au commerce avec six employés à temps partiel, dont deux mères de famille. Devant toute cette situation, et puisqu’il peut passer entre 500 et 600 personnes par jour à son dépanneur, Patrice Dupont a décidé de fermer ses portes lundi. Il avisé ses fournisseurs en avant-midi et a mis un avis sur sa porte et sur sa pompe à essence à 13 h

« On s’est dit on va fermer au moins une semaine. Et de la façon dont la progression se fait, peut-être qu’on va y aller pour deux, je ne sais pas encore. Si on voit que la situation n’évolue pas à notre goût, on va retarder d’une autre semaine pour laisser passer le pic, ce n’est pas plus difficile que ça. »

Le propriétaire du Magasin général est bien conscient que de fermer le seul dépanneur du village peut embêter la population, mais il assure que les gens sont compréhensifs. « Tout le monde a qui j’ai parlé depuis lundi nous a dit que c’était la bonne décision. »

À la Municipalité de Racine, le maire Christian Massé ne rapportait aucune inquiétude dans la population ni mesures spéciales devant cette éclosion de cas sur son territoire.

Le conseil municipal doit étudier à son assemblée ordinaire de lundi prochain, à huis clos et en téléconférence précise-t-il, la mise en place de mesures plus larges liées à la pandémie, comme le report du paiement des taxes municipales par exemple. Il n’y a rien de particulier à l’ordre du jour pour l’éclosion de cas.