Le Centre antifraude publie une liste des fraudes connues liées à la COVID-19

TORONTO - Le Centre antifraude du Canada (CAC) a mis à jour sa liste d’arnaques connues liées à la COVID-19. Le CAC, qui travaille avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC), le Bureau de la concurrence et la Police provinciale de l’Ontario, exhorte les Canadiens à être vigilants puisque les fraudeurs cherchent à exploiter la crise.

Voici la dernière liste d’arnaques du CAC qui ont été détectées en date du 18 mars:

- Des représentants d’entreprises de nettoyage ou de chauffage offrant des services de nettoyage des conduits ou des filtres à air «spéciaux» pour se protéger du COVID-19.

- Des représentants d’entreprises locales et provinciales d’hydroélectricité menaçant de couper l’électricité pour non-paiement.

- Des représentants de centres de contrôle et de prévention des maladies ou de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) proposant de vendre des fausses listes des personnes atteintes de la COVID-19 dans différents quartiers.

- Des représentants de l’Agence de la santé publique du Canada prétendant faussement avoir obtenu des résultats positifs à un test de dépistage de la COVID-19 et demandant à confirmer des numéros de carte de santé et des numéros de carte de crédit pour pouvoir une ordonnance.

- Des représentants de la Croix-Rouge et d’autres organismes de bienfaisance connus offrant ses articles médicaux gratuits, comme des masques, en échange d’un don.

- Des représentants des ministères du gouvernement envoyant des courriels hameçons sur le coronavirus par l’entremise desquels ils incitent à ouvrir des pièces jointes malveillantes ou cherchent à obtenir des renseignements personnels et financiers de nature délicate.

- Des conseillers financiers qui encouragent «vivement» à investir dans de nouvelles actions prometteuses liées à la maladie ou offrent une aide financière ou des prêts pour soutenir les gens pendant la crise.

- Des vendeurs faisant du porte-à-porte pour offrir des services de décontamination de maison.

- Des représentants d’entreprises privées vendant des tests de dépistage rapides de la COVID-19 ou des produits frauduleux censés traiter ou prévenir la maladie.