Une infirmière au travail à l’Hôpital universitaire de Turku, en Finlande.  
Une infirmière au travail à l’Hôpital universitaire de Turku, en Finlande.  

La Finlande découvre que des masques achetés à la Chine sont inadaptés

HELSINKI — Deux millions de masques achetés par la Finlande à la Chine pour se protéger du nouveau coronavirus ne sont pas adaptés à une utilisation à l’hôpital, a admis mercredi le gouvernement finlandais.

Mardi le ministre de la Santé Aino-Kaisa Pekonen avait posté sur twitter une photo de l’arrivée à l’aéroport d’Helsinki de la première cargaison des deux millions de masques chirurgicaux et 230 000 respirateurs arrivant de Chine, précisant que ce matériel serait «vérifié et testé» avant usage.

Mais mercredi, des responsables finlandais ont découvert que les masques ne respectaient pas les normes de protection contre le coronavirus requises pour être utilisés dans un environnement médical.

«C’est bien sûr un peu décevant», a déclaré la secrétaire permanente du ministère de la Santé Kirsi Varhila en conférence de presse.

Les masques pourront cependant être utilisés par exemple par des soignants qui rendent visite à domicile, a-t-elle souligné.

D’autres pays européens ont eu la même fâcheuse surprise avec du matériel venu de Chine, car le marché chinois est «très chaotique» en raison de la forte demande de masques, selon Tomi Lounema, chargé de la logistique pour lutter contre la pandémie.

«Les prix n’arrêtent pas de monter, il faut acheter rapidement et payer d’avance, a-t-il expliqué. Le risque commercial est très élevé».

Ces dernières semaines, l’Espagne, les Pays-Bas, la Turquie et l’Australie ont dû renvoyer des masques achetés en Chine.

Le gouvernement finlandais n’a pas révélé combien il avait payé pour ces équipements non conformes.

La Finlande a annoncé mercredi une enveloppe de 600 millions d’euros (917 millions $CAN) qui seront consacrés aux équipements de protection, au matériel médical et aux médicaments.

La Finlande comptait mercredi 2.487 cas officiellement recensés de COVID-19 et déplorait 40 morts.