Petits et grands sont invités à sortir sur leur balcon à 18h30 ce vendredi 15 mai pour rendre un bruyant hommage à la famille.
Petits et grands sont invités à sortir sur leur balcon à 18h30 ce vendredi 15 mai pour rendre un bruyant hommage à la famille.

Journée internationale de la Famille: renouer avec ses valeurs

«Faites du bruit!» Petits et grands sont invités à sortir sur leur balcon à 18h30 ce vendredi 15 mai pour rendre un bruyant hommage à la famille, dans le cadre de la journée internationale y étant dédiée.

«C’est une journée spéciale où on célèbre la famille en nommant à quel point elle est importante dans nos vies», mentionne Claudine Leroux, directrice générale de La Maison des familles de Granby et région.

Selon elle, les familles québécoises, à l’instar d’ailleurs dans le monde, vivent une dualité fort déchirante en raison de la pandémie de coronavirus, c’est-à-dire la proximité intensifiée avec sa famille immédiate et un éloignement imposé avec sa famille élargie.

«D’un côté, en raison du confinement, on se retrouve en permanence avec notre conjoint et nos enfants, ce qui amène une proximité à laquelle on n’est pas nécessairement habitués, dit-elle. Ça amène des défis dans la conciliation de notre vie de famille avec nos autres activités, comme le travail.»

De ce qu’elle a pu observer, Claudine Leroux, directrice générale de La Maison des familles de Granby et région, est d’avis qu’il y aura du bon qui ressortira de la crise pour les familles québécoises.

«De l’autre côté, poursuit Mme Leroux, on est séparés des membres de notre famille élargie sur qui on ne peut plus compter comme avant. On s’inquiète pour les grands-parents, qu’il n’est pas possible d’aller voir.»

Néanmoins, de ce qu’elle a pu observer, Mme Leroux est d’avis qu’il y aura du bon qui ressortira de la crise.

«Je pense qu’on a collectivement renoué avec la famille, avance-t-elle. Sincèrement, je lève mon chapeau bien haut aux familles québécoises qui ont utilisé leur créativité pour vivre des moments de bonheur et de plaisir partagé dans les circonstances.»

«La situation actuelle nous donne l’occasion de revisiter nos valeurs et la vitesse à laquelle on vit, renchérit-elle. Je crois que plusieurs se seront défaits de la pression sociale d’être parfait dans tout et qui ont remis de l’ordre dans leurs priorités. J’ai vu des parents recommencer à prendre le temps d’aller jouer dehors avec les enfants.»

La coach parentale Karine Trudel estime que la pandémie a permis un certain retour à des valeurs plus traditionnelles de la famille.

La coach parentale Karine Trudel dresse également ce constat. «La pandémie a permis un certain retour à des valeurs plus traditionnelles de la famille; on cuisine ensemble, on prend des repas en famille, on joue à des jeux, illustre-t-elle. Il y a une espèce de redécouverte du plaisir d’être en famille et le fait d’être ensemble à des moments où on ne l’est pas normalement nous permet de se réintéresser aux autres d’une nouvelle façon.»

«On vit en ce moment un temps d’arrêt forcé, ajoute la coach parentale. On peut faire le choix de le transformer en quelque chose de positif et de se questionner sur le sens que la famille a pour nous.»