Les Jeux olympiques d’été débuteront le 23 juillet 2021, les Jeux paralympiques le 24 août.
Les Jeux olympiques d’été débuteront le 23 juillet 2021, les Jeux paralympiques le 24 août.

JO de Tokyo: moins d’incertitude mais l’attente sera longue pour les athlètes

Lors des jours les plus froids et les plus durs sur Elk Lake, près de Victoria, la rameuse Hillary Janssens s’est dit, ainsi qu’à ses mains engourdies, «c’est le dernier hiver où nous devons faire ça avant Tokyo».

Mais non.

Le Comité international olympique et le comité d’organisation de Tokyo ont annoncé lundi les nouvelles dates des Jeux olympiques et paralympiques.

Les athlètes canadiens peuvent maintenant réfléchir à ce que cela signifie pour eux.

Les Jeux olympiques d’été débuteront le 23 juillet 2021, les Jeux paralympiques le 24 août.

En raison de la pandémie de la COVID-19, qui a infecté des centaines de milliers et tué des milliers de personnes dans le monde, les JO ont été reportés pour la première fois de l’histoire.

Janssens de Cloverdale, en Colombie-Britannique, et sa coéquipière Caileigh Filmer, de Victoria, ont remporté un titre mondial chez les femmes en 2018, ainsi qu’une médaille de bronze au championnat du monde, l’an dernier.

Le duo est sorti d’un hiver exténuant prêt pour Tokyo. Il faudra désormais s’entraîner plus longtemps et plus durement pour atteindre cet objectif en 2021.

«Nous allons devoir recommencer un an d’entraînement, a dit Filmer. C’est difficile un autre hiver. C’est épuisant. Mais Hillary et moi pouvons passer au travers et faire encore mieux.»

Tokyo semblait si proche pour la lutteuse Erica Wiebe de Stittsville en Ontario quand elle s’est qualifiée, le 14 mars. La championne olympique doit maintenant accepter 16 mois de plus de préparation.

«J’espérais un peu que ce soit reporté à plus tôt en 2021, a déclaré Wiebe. Maintenant, c’est comme ‘OK, une année entière d’attente’.

«La seule chose que vous pouvez faire est de retourner à la planche à dessin. Dans mon sport, il y a toujours des choses que vous pouvez faire mieux.»

La vedette du sprint Andre de Grasse de Markham, en Ontario, aime savoir qu’il y ait des dates fermes pour ancrer son entraînement.

«C’est bien d’avoir de nouvelles dates, dit-il. Il y a toujours place à amélioration. Je vais utiliser l’année supplémentaire pour m’améliorer dans tous les aspects des compétitions.»

Les nouvelles dates ont atténué une partie de l’incertitude ressentie par les athlètes.

Il y a un objectif lointain à l’horizon, en attendant la réouverture des installations d’entraînement et le redémarrage des processus de qualifications.

«Nous pouvons commencer à rêver, a dit Rosie MacLennan de King en Ontario, double championne olympique de trampoline.

«C’est vraiment génial pour les athlètes d’avoir plus de clarté.

«Nous sommes quand même tous confrontés à l’attente de savoir quand nos saisons et le reste des qualifications vont recommencer.

«Ça nous permet de commencer à planifier et à faire preuve de créativité avec ce que nous pouvons faire à la maison. Évidemment, avec nos entraîneurs et notre équipe de soutien, nous pouvons aussi commencer à réfléchir à ce que nous pouvons faire à long terme.»