La vente de casse-têtes, comme celui que présente ici François Duhamel, a explosé à la Papeterie Atlas de Granby.

Jeux et quarantaine: location... et service à l’auto

La clientèle se fait rare dans les magasins de jouets présentement. D’un autre côté, personne n’a jamais eu autant de temps pour jouer ! Qu’à cela ne tienne. Les boutiques spécialisées dans la vente de livres et de jeux de société pensent en dehors de la boîte. La preuve ? La Papeterie Atlas, en plus de la livraison à domicile, propose désormais... le service à l’auto !

L’idée est celle de la directrice de l’endroit, Anne-Marie Légaré. En plus de la vente en magasin, toujours ouvert au public selon un horaire légèrement modifié, et la livraison à domicile, la femme d’affaires a décidé d’instaurer une nouvelle méthode de livraison.

« Les gens magasinent en ligne et ils passent chercher leurs achats que je leur apporte à l’auto !, explique-t-elle. Comme ça, il n’y a pas de contacts avec le client et pas de signature requise. C’est plus facile et sécuritaire. »

Une alternative qui semble faire des heureux, dit-elle. Entre autres, en ce qui concerne la vente de casse-têtes.

« Il y a une effervescence autour du casse-tête, insiste Mme Légaré. On remarque une grosse folie. Et pour tous les âges. C’est incroyable ! Le casse-tête permet de décrocher. De ne penser à rien d’autre. »

Chez Buropro Citation de Granby, la vente de petits livres d’exercices scolaires pour les enfants est en hausse, comme le montre ici Carole Fontaine.

Chez Buropro Citation de Granby, même si en magasin c’est « très, très, très calme », note la responsable du plancher, ce sont les petits livres d’exercices pour les élèves du primaire qui ont la cote. « J’ai vraiment remarqué une hausse des livres pour faire “l’école à la maison” », mentionne Murielle, en l’absence de la gérante, Mélissa Larose. « Ça permet aux enfants de faire de petits travaux. »

Vente et location

Habitué de vendre et de louer des jeux de société divers pour toute la famille, Le Maître du jeu de Granby a décidé dernièrement de mousser son service de location. « Avec l’incertitude financière, les gens préfèrent louer. Comme ça, l’argent reste disponible pour l’épicerie, par exemple », fait remarquer Dave Gauthier, gérant de la boutique.

Pour profiter d’un jeu, une personne le loue en faisant un dépôt équivalent à sa valeur totale. Au retour, au bout d’une semaine, il se voit remettre le même montant, moins 5 $ ou 10 % de la valeur de l’emprunt. « Ça revient à environ 6 $ le jeu », explique M. Gauthier.

À la boutique Le Coin ludique, où les gens ont l’habitude de louer des jeux et de jouer sur place, une nouvelle stratégie a été adoptée. Maintenant, on préconise la vente. « J’ai fermé l’accès aux jeux pour jouer, mais je garde la section vente ouverte. Maintenant, c’est take out ! », tranche Jean-Luc Durocher, propriétaire de la place.

Dave Gauthier, du Maître du jeu, a tenu à souligner qu’un en particulier était soudainement plus populaire ces temps-ci.

« Pandémie ! », a-t-il lancé.

Le but du jeu ? Les joueurs doivent user de leur force pour lutter contre la progression de quatre maladies à travers le monde...