Jessy Brown
Jessy Brown

Jessy Brown garde espoir de présenter son spectacle Notre-Dame - Les passagers du temps

Après avoir été retardé d’une année, le grand spectacle multimédia que le Granbyen Jessy Brown doit présenter cet été subira-t-il cette fois les contrecoups de la COVID-19? Le concepteur garde espoir que tout se déroulera comme prévu.

Notre-Dame - Les passagers du temps doit prendre l’affiche au nouveau Centre Notre-Dame de Granby pour une vingtaine de représentations estivales. La date de la première devant public est fixée au 26 juin prochain. «Pour l’instant, on ne sait pas si ça va commencer plus tard. Je travaille là-dessus. Mais rien n’est annulé!» laisse entendre Jessy Brown.

La conférence de presse pour lancer officiellement le projet devrait toutefois être reportée de la fin avril à la fin mai, dit-il.

Pour donner vie à cette production à grand déploiement, qui mariera l’histoire, le théâtre et la fine pointe de la technologie, le photographe/vidéaste/éclairagiste a mille et un détails à fignoler.

«En fait, je dirais que c’est un projet en 10 000 étapes et que j’en suis à 9200. Il en manque encore pas mal!» ajoute celui qui a déjà décrit Notre-Dame - Les passagers du temps comme une grande oeuvre multidisciplinaire. « Il va y avoir de la danse, du théâtre, des performances musicales : il y aura vraiment de tout. C’est difficile à définir puisque c’est un projet unique à Granby, il n’existe pas d’équivalent », avait-il déclaré en novembre dernier.

Relatant l’histoire de Granby, de ses origines à aujourd’hui, le spectacle met en scène 250 personnages virtuels et dix artistes de la région.

Quotidien chamboulé

Avec tout ce qui arrive dans le monde du spectacle en raison de la pandémie et des restrictions gouvernementales, Jessy Brown ne cache pas que son quotidien a été chamboulé dernièrement. À commencer par ses tournées avec Jean-Marc Parent, Marc Dupré et surtout Marie-Mai, qui ont toutes été mises sur pause du jour au lendemain.

Du coup, il dispose maintenant de plus de temps pour se consacrer à sa propre création. Mais ce n’est pas si simple. «On entrait en studio de son bientôt, mais c’est reporté. Les endroits sont fermés. Je n’ai plus accès au Palace par exemple. J’avais énormément de tournage prévu pour Notre-Dame. J’ai pu faire 20 plans au lieu de 32 dernièrement. Il faut que les images soient prêtes avant d’amorcer le montage», illustre-t-il.

Plusieurs scènes extérieures restent encore à filmer. Le producteur espère notamment pouvoir regrouper plusieurs figurants le 24 mai prochain au Sentier de la rivière pour tourner quelques plans.

«Ça complique toute la préparation, mais j’ai quand même bon espoir. Si la machine repart, on va y arriver!»

Jessy Brown n’a que de bons mots pour ce spectacle de près d’une heure dont il est déjà immensément fier... et qu’il rêve de rendre public depuis longtemps. Son message est d’ailleurs aussi clair que vibrant. «Quand tout cela sera terminé, quand la vie reprendra, sortez et allez voir ça! Il faut encourager les créateurs d’ici en achetant des billets qui sont, de toute façon, échangeables pour un autre soir si les gens le veulent!»

Les billets sont disponibles sur ovation.qc.ca

Clip sociétal

Jessy Brown a par ailleurs mis son talent au service du bien commun, en mettant en ligne cette semaine un clip d’une vingtaine de secondes pour convaincre les gens de respecter les directives sanitaires.

Au son de la musique originale d’un autre Granbyen, Richard Bouffard, des images liées à la COVID-19 défilent en rafale, accompagnées du message «Reste chez vous. Plus vite on agit, moins ce sera long pour reprendre nos vies. Si vous respectez les consignes.»

«Je suis un gars de projet. Tant qu’à être à la maison et à avoir l’équipement... J’ai fait ça short, sweet et punché», dit-il. La vidéo est disponible sur les comptes Instagram et Facebook de l'artiste.