Rappelons qu’une équipe d’ambulanciers est dorénavant disponible dans la région à bord d’un véhicule aménagé pour faire les tests, depuis quelques semaines.
Rappelons qu’une équipe d’ambulanciers est dorénavant disponible dans la région à bord d’un véhicule aménagé pour faire les tests, depuis quelques semaines.

Dix nouveaux cas en Estrie mais toujours pas d’hospitalisations

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Le nombre de cas confirmés de coronavirus en Estrie a augmenté de dix cas jeudi, faisant passer le total à 1079 cas confirmés pour la région de l’Estrie.

On compte ce jeudi six nouveaux cas déclarés dans la MRC du Haut-Saint-François, deux dans la région de Bromont et deux à Sherbrooke.

Les lits d’hospitalisation et de soins intensifs consacrés aux patients atteints de la COVID-19 demeurent complètement inoccupés depuis la fin du mois de juin dans les centres de soins désignés que sont l’Hôtel-Dieu et l’Hôpital Fleurimont de Sherbrooke.

Évolution du nombre de cas confirmés de COVID-19 par jour en Estrie.

Le nombre de personnes rétablies par région demeure inaccessible depuis environ deux semaines, alors que la direction de la santé publique nationale est en train d’implanter un nouveau système de gestion des cas pour l’ensemble du Québec.

Rappelons qu’une équipe d’ambulanciers est dorénavant disponible dans la région à bord d’un véhicule aménagé pour faire les tests, depuis quelques semaines.

Ainsi, s’il y avait une éclosion dans un CPE, une entreprise ou tout autre lieu où un dépistage massif serait nécessaire, la clinique ambulancière se rendrait sur place pour procéder au dépistage. Cette clinique mobile évitera le déplacement en centre de dépistage d’un grand nombre de personnes, réduisant ainsi le temps d’attente et les risques de propagation du virus.

« La région de l’Estrie s’est rapidement mobilisée pour se préparer à une deuxième vague de COVID-19. La clinique mobile est le fruit d’un partenariat issu d’une grande tradition de collaboration entre les divers partenaires de la santé et des services sociaux de la région. C’est parce que nous avons l’habitude de travailler ensemble, en plaçant l’usager au centre de nos intérêts, qu’un projet comme celui de la clinique ambulancière mobile a pu voir le jour aussi rapidement», indique Pascal Shannon, coordonnateur des services préhospitaliers d’urgence au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.