La Distillerie de la Chaufferie utilise ses alambics pour fabriquer du désinfectant à mains.
La Distillerie de la Chaufferie utilise ses alambics pour fabriquer du désinfectant à mains.

Distillerie de la Chaufferie: du désinfectant plutôt que du gin

Les alambics de la Distillerie de la Chaufferie trouvent une toute autre utilité, en ces temps difficiles. L’équipe fabriquera du désinfectant pour les mains qu’elle distribuera gratuitement dès le début de la semaine prochaine.

« Il n’y en a plus. Alors si j’en veux, il faut que j’en produise, affirme Bryan Furlong, cofondateur de la distillerie. Je pense qu’il faut que tout le monde mette l’épaule à la roue. C’est une situation anormale et ça nécessite des actions qui sont anormales. Puis, c’est pour le bien-être de la collectivité. Je pense que tout le monde peut faire son bout et, nous, on a trois alambics qui ne servent pas. »

Déjà, cette semaine, la distillerie a fabriqué du désinfectant à mains pour les entreprises que possèdent les associés. Devant la forte demande pour le produit, ils ont décidé d’en fabriquer bénévolement avec du maïs acheté à des agriculteurs de la région et reçu jeudi. Malgré les coûts du maïs et les heures de travail, le produit sera offert gratuitement.

« Habituellement, on travaille avec du grain bio pour tous nos produits, du seigle principalement, mais là étant donné qu’on a besoin de n’importe quelle céréale pour produire de l’alcool, on a décidé d’aller chercher du maïs parce que c’est ce qu’il y a en abondance dans le coin, explique M. Furlong. Aussi, on travaille en collaboration avec des entreprises de la région qui ont leur numéro de Santé Canada pour produire de tels produits. »

Zayat Aroma, à Bromont, et Fusion Solution, à Granby, ont accepté d’embarquer dans ce projet.

Vendredi, l’équipe travaillait à trouver une entreprise de la région pour fournir des bouteilles. « Pour l’instant, on va le produire, ensuite on verra comment l’embouteiller. »

La distillerie de Granby produira donc ce week-end un alcool à 96 % — de 2000 à 3000 litres devraient être produits avec quatre tonnes de maïs — qui sera par la suite mélangé à de la glycérine et des aromates.

Cette initiative a été lancée très rapidement, donc les détails de la distribution restent à ficeler. Des institutions financières ont approché la distillerie lorsque l’annonce de la fabrication de désinfectant pour les mains a été faite. Il se pourrait que les clients en trouvent au comptoir, par exemple.

La façon de se procurer le produit sera publiée en ligne, sur la page Facebook de l’entreprise.