Le maire Jean Lamarche a annoncé dimanche la fermeture au public de l’ensemble des bâtiments municipaux et centres communautaires de Trois-Rivières.

Deux nouveaux cas de COVID-19 à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières interdit pour une période indéterminée l’accès à l’ensemble des bâtiments municipaux et communautaires aux citoyens. Cette annonce survient dans la foulée de la directive émise dimanche par Québec et de la confirmation de deux nouveaux cas de COVID-19 à Trois-Rivières.

En plus des bibliothèques, fermées depuis la fin de la semaine dernière, le public n’aura désormais plus accès à l’hôtel de ville, à la cour municipale, au service de trésorerie et aux centres de services aux citoyens. La consigne est la même pour les centres et bâtiments communautaires.

Dans une diffusion vidéo en direct sur la page Facebook de la Ville, le maire Jean Lamarche a par ailleurs indiqué que les deux nouveaux cas de COVID-19 confirmés dans la région sont un employé de la Ville et un autre d’Innovation et développement économique (IDE).

«L’enquête de la Santé publique sur l’employé d’IDE. Pour l’employé de la Ville, la Santé publique a réalisé son enquête pour identifier les personnes qui auraient pu être en contact avec celui-ci. Le médecin en charge n’a reconnu aucun cas problématique. Par précaution, la Ville de Trois-Rivières a tout de même choisi de placer quelques uns de ses employés en quarantaine», a déclaré le maire Lamarche.

Le premier magistrat a également indiqué avoir pris des nouvelles de ces deux personnes et que leur santé, tant morale que physique, se porte bien, malgré tout. À savoir si elles ont été contaminées lors d’un voyage ou en sol québécois, la Ville n’a pas été en mesure de le préciser, indiquant que cette information devra être communiquée par la Santé publique. Le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec n’a pas voulu non plus donner davantage de détails, affirmant que les communications concernant les nouveaux cas de COVID-19 relèvent du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

S’il s’avérait que ces deux personnes n’ont pas voyagé récemment, cela impliquerait qu’elles seraient parmi les premières à avoir été contaminées en sol québécois.

Rappelons qu’un autre employé d’IDE a reçu un diagnostic de COVID-19, la semaine dernière. Il s’est placé en isolement volontaire chez lui. La trentaine d’employés d’IDE avaient été invités à faire du télétravail en attendant que les bâtiments de l’organisme paramunicipal soient nettoyés.

Ces nouveaux cas forcent d’ailleurs la Ville à rehausser les mesures d’entretien et de désinfection des bâtiments municipaux, en particulier dans les lieux où travaillaient les deux personnes nouvellement atteintes de la COVID-19.

«L’opération sera terminée à temps quand les employés rentreront en poste lundi matin», a-t-il spécifié.

En plus des bâtiments fermés, la Ville met fin à toute forme de réunion , notamment les rencontres des commissions et comités. La séance du conseil municipal prévue mardi pourrait être reportée ou se dérouler sous la forme d’une téléconférence.

Par ailleurs, l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) veut se tourner vers les nouvelles technologies pour permettre à ses étudiants de poursuivre leurs études malgré sa fermeture. Dans un courriel envoyé aux étudiants et dont Le Nouvelliste a obtenu copie, l’institution indique avoir mené des travaux tout au long de la fin de semaine pour «basculer en mode virtuel et poursuivre nos activités à distance». Ces travaux se poursuivront lundi.

Friperies fermées

L’organisme trifluvien Les Artisans de la paix a par ailleurs annoncé dimanche la fermeture de ses trois friperies et de son magasin Éco-Meubles pour deux semaines. La tablée populaire, la distribution alimentaire, le service d’intervention et le dépannage d’urgence sont toutefois maintenus pour assurer la sécurité alimentaire des personnes vulnérables.

«Il est encore plus important de soutenir les personnes vulnérables lors de crises comme celle-ci qu’en temps normal. La situation évolue rapidement et nous sommes en contact constant avec nos partenaires dont Moisson Mauricie Centre-du-Québec, Le Bon Citoyen, Ebyôn et plusieurs autres. La solidarité entre les organisations facilite l’intervention. Nous sommes et demeurerons présents pour notre population vulnérable», a déclaré par communiqué Robert Tardif, directeur général des Artisans de la paix.

L’organisme demande par ailleurs à ses employés, bénévoles et usagers qui présentent des symptômes s’apparentant à la COVID-19 de s’abstenir de se présenter dans ses locaux et de rester à domicile pour 14 jours. Les tables, chaises, poignées de portes, toilettes et autres objets souvent manipulés seront nettoyés fréquemment. Les usagers devront également se tenir à une distance d’un mètre les uns des autres lors des tablées et des distributions. Ceux-ci ne pourront par ailleurs pas toucher aux aliments.

39 cas au Québec

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 a bondi au Québec. Selon les plus récentes données de Santé-Québec, la province compte 39 cas, soit 15 de plus que la veille.

Les deux premiers cas sont apparus dans les régions de la Capitale-Nationale. Deux autres nouveaux cas ont été enregistrés à Montréal, en Montérégie et en Mauricie-Centre du Québec. Les autres cas viennent de Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, des Laurentides et des Laurentides.

Un premier cas d’un visiteur provenant de l’extérieur du Québec a aussi été recensé.

L’origine du dernier cas n’a pas encore été déterminée.

Dimanche après-midi, 1480 personnes attendaient les résultats du dépistage et jusqu’à maintenant, 2270 analyses se sont avérées négatives.

À des fins de comparaison, l’Ontario compte presque quatre fois plus de cas que le Québec. Dimanche, la province voisine indiquait que 145 personnes étaient atteintes de la COVID-19, sans compter les cinq autres considérés comme guéris.

Samedi, le CHU Sainte-Justine a indiqué avoir traité un enfant dont le test s’est avéré positif, le premier cas de coronavirus avéré chez un mineur au Québec. Selon l’établissement, l’enfant revenait de voyage en Europe. «Il ne s’agit donc aucunement d’un cas de transmission locale du virus», pouvait-on lire dans un communiqué.

Loto-Québec

Après que les autorités eurent exigé la fermeture des lieux de rassemblement comme les bars, le porte-parole de Loto-Québec, Patrice Lavoie, a annoncé sur Twitter que l’entreprise «désactivait l’ensemble de ses appareils de jeux dans le réseau des bars et brasseries». Les détaillants en étaient alors informés.

VIA Rail

Via Rail a annoncé dimanche après-midi une réduction «de certains de services».

Prétextant la baisse d’achalandage des dernières semaines combinée à la nécessité de mieux déployer ses ressources «pour répondre de manière efficace à la pandémie», la compagnie ferroviaire réduira de moitié, à compter de mardi, ses services dans le corridor Québec-Windsor, et ce jusqu’au 27 mars.

Elle n’apportera aucun changement à certains services régionaux, comme la liaison Senneterre-Jonquière.

Avec La Presse canadienne