Les paramédics Sylvain Blanchard et Anne-Marie Martel sont ici vêtus des équipements qu’enfileront les membres de l’équipe spécialisée de la COVID-19.
Les paramédics Sylvain Blanchard et Anne-Marie Martel sont ici vêtus des équipements qu’enfileront les membres de l’équipe spécialisée de la COVID-19.

Des équipes spécialisées de paramédics dans la région

Alors que la pandémie de la COVID-19 frappe le Québec, des équipes spécialisées de paramédics seront en service dès lundi dans la région de Granby et Cowansville afin de mieux gérer les risques en présence d’un patient infecté ou potentiellement infecté.

« On est rendus là », indique d’entrée de jeu Guillaume Dostie, superviseur chez Groupe CAMBI à Cowansville.

Dans l’objectif de «gérer le risque», explique Francis Brisebois, coordonnateur aux communications au sein de l’entreprise ambulancière Dessercom, des équipes dédiées aux interventions auprès de personnes infectées ou soupçonnées de l’être seront en place pour couvrir le corridor Granby-Bedford.

Cette initiative est le fruit d’un partenariat entre les compagnies ambulancières Groupe CAMBI, Dessercom et Paraxion, qui desservent le grand territoire de Granby et des villes environnantes. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est collabore également au déploiement de ces équipes.

Selon les informations obtenues par La Voix de l’Est, la région serait la deuxième au Québec à mettre en place de telles équipes spécialisées.

Les équipes seront composées de paramédics. Granby comptera une équipe qui sera en poste de 8 h à 16 h. À compter de 16 h et jusqu’à minuit, ce sera une équipe de Cowansville qui prendra le relais pour offrir le service. Ils seront en fonction sept jours par semaine. « Ces heures-là peuvent être appelées à changer en fonction de l’évolution de la situation », précise M. Dostie.

Plus de territoire

Les paramédics interviendront dans les municipalités qui sont habituellement couvertes par les trois compagnies ambulancières. « Dans une pandémie, on travaille tous pour la même raison et ensemble. Il n’y a pas de territoire », fait valoir Guillaume Dostie.

Le recrutement, ajoute-t-il, n’a pas été difficile au sein de l’équipe qu’il supervise. « C’était sur une base volontaire. Ça a bien été. Les paramédics ont ça dans l’âme et ils ont un côté patriote. On est fiers d’eux », souligne-t-il.

Les équipes seront dédiées aux interventions en lien avec la COVID-19. Ces professionnels en soins préhospitaliers seront notamment équipés de masques, visières, gants, lunettes de protection, jaquettes ou combinaisons complètes. Les gestionnaires analysent également la possibilité que ces paramédics portent un masque réutilisable avec cartouche, mais aucune décision n’a été prise pour le moment, mentionne M. Brisebois.

Formation

Les équipes recevront également de la formation pour s’assurer que l’habillement se fait selon les règles de l’art. Même principe pour la désinfection du matériel et de l’ambulance. « Étant donné qu’ils seront appelés à faire des cas interhospitaliers, il y aura aussi de la formation à ce niveau », ajoute M. Brisebois.

Même si ces équipes sont en place, il n’est pas exclu que les autres paramédics en service doivent intervenir auprès d’un patient infecté ou potentiellement infecté. Ceux-ci disposent eux aussi des équipements nécessaires pour se protéger en pareilles circonstances.