«Les soins à domicile, tout comme les CHSLD, sont les petits enfants pauvres et oubliés du système», affirment des professionnels de la santé du Québec.
«Les soins à domicile, tout comme les CHSLD, sont les petits enfants pauvres et oubliés du système», affirment des professionnels de la santé du Québec.

Des aînés qui «ont été oubliés», disent des professionnels de la santé

«Ils ont été oubliés, nos aînés.» Tel est l’un des constats faits par une centaine de professionnels de la santé des quatre coins du Québec ayant décidé d’ajouter leur signature au bas d’une lettre rédigée par une médecin de l’Outaouais, la Dre Cynthia Lauriault.

Médecin de famille qui œuvre aussi en soins palliatifs, la Dre Lauriault a voulu étaler par écrit les préoccupations de ses collègues de partout en province. Épaulée par sa collègue médecin Myra Lemelin pour établir tout le «squelette du texte», la Dre Lauriault a choisi d’utiliser sa plume pour expliquer ce qui se passe actuellement dans le réseau de la santé, particulièrement au chapitre des soins offerts aux plus âgés de la société. Son texte est aujourd’hui publié sur nos différentes plateformes.

«J’ai un peu ramassé les inquiétudes communes de tout le monde», explique la Dre Lauriault. Elle précise avoir réalisé que les professionnels de la santé, qu’ils soient préposés aux bénéficiaires, infirmières ou encore médecins, partagent les mêmes sentiments par rapport au sort réservé aux personnes âgées du Québec en cette période de pandémie de COVID-19.

À LIRE AUSSI: Un docteur à chapeau, des lunettes roses en moins

La lettre ouverte mentionne notamment que «les soins à domicile, tout comme les CHSLD, sont les petits enfants pauvres et oubliés du système». Tout en soulignant que les soins à domicile sont «précieux», la Dre Lauriault affirme que «le système s’est assuré, au fil des ans, que ça demeure une médecine peu attrayante, pour plusieurs», et qu’un constat similaire peut être fait pour les CHSLD.

«La vérité, c’est que les CHSLD sont sous-protégés, poursuit la lettre. Qu’on a sorti les équipements de protection, pour les envoyer dans les milieux de soins aigus. [...] Mais là, on nous dit que l’urgence sanitaire, elle est dans les résidences pour aînés. Que la courbe dans les CHSLD est beaucoup plus abrupte, différente, de celle que nous avons aplatie. Alors c’est le temps de les protéger comme du monde, nos centres pour aînés.»

En entrevue, la Dre Lauriault dit comprendre que le premier ministre François Legault veuille se faire rassurant auprès de la population. «Sauf qu’on a vraiment senti que les troupes [du réseau de la santé] avaient besoin de transparence, dit-elle. […] Moi, je sens ce devoir-là de le dire.»

Intitulé Un docteur à chapeau, les lunettes roses en moins, le texte rédigé par la Dre Lauriault a été publié sur sa page Facebook en début de soirée, mercredi. Vendredi avant-midi, il avait été partagé près de 200 fois.