Brad Pitt s'est moqué du président américain dans l'émission <em>Saturday Night Live</em> en se glissant dans la peau du docteur Anthony Fauci.
Brad Pitt s'est moqué du président américain dans l'émission <em>Saturday Night Live</em> en se glissant dans la peau du docteur Anthony Fauci.

Dans la peau du Dr Fauci, Brad Pitt se moque de Donald Trump [VIDÉO]

Brad Pitt participait, samedi, à une édition confinée de l'émission Saturday Night Live. Il en a profité pour se moquer du président américain Donald Trump en se glissant dans la peau du docteur Anthony Fauci, l’épidémiologiste chargé de conseiller la Maison-Blanche durant la pandémie.

«Il y a eu beaucoup de désinformation au sujet du virus, et oui, le président a pris quelques libertés avec nos directives. Alors ce soir, j'aimerais vous expliquer ce que le président essayait de dire. Et n'oubliez pas de garder votre esprit ouvert», commence par dire Brad Pitt.

Le sketch s’appuie sur plusieurs interventions télévisées de Trump, dont celle où le président américain annonce que les États-Unis auront un vaccin «assez prochainement». «Assez prochainement est une phrase intéressante. En comparaison avec l'histoire de la Terre, c’est sûr, le vaccin va arriver très vite. Mais si vous allez dire à un ami: “"J’arriverai assez prochainement et puis qu'un an et demi plus tard, vous n'êtes toujours pas là, votre ami risque d'être assez fâché”», réplique Brad Pitt.

L’acteur s’attaque également à la fois où Donald Trump a dit que le virus allait disparaître «comme par miracle et que tout le monde allait avoir des tests». «Un miracle ce serait génial, mais ça ne doit pas être notre première option. Même Sully a d'abord essayé d'atterrir dans un aéroport», riposte Brad Pitt, en référence au pilote Chesley Sullenberger qui avait amerri un Airbus A320 sur l’Hudson à New York le 15 janvier 2009.

Brad Pitt finit son sketch en s’adressant au vrai Dr Fauci. Il le remercie pour «son calme et sa clarté pendant cette période troublante». L’acteur rend aussi hommage au personnel soignant et aux travailleurs en première ligne.