Il y a désormais 130 cas confirmés à Ottawa, dont huit nouveaux depuis dimanche. De ce groupe, 21 personnes ont dû être hospitalisées, dont six qui se trouvent aux soins intensifs.
Il y a désormais 130 cas confirmés à Ottawa, dont huit nouveaux depuis dimanche. De ce groupe, 21 personnes ont dû être hospitalisées, dont six qui se trouvent aux soins intensifs.

COVID-19: Un deuxième décès à Ottawa

Une deuxième personne est décédée de la COVID-19 à Ottawa. Il s’agit d’un résident de la maison pour aînés Promenade Orléans dont le diagnostic a été dévoilé vendredi dernier, annonce la médecin-chef de Santé publique Ottawa (SPO), Vera Etches.

Un couple a été hospitalisé qui habitait à la résidence Promenade Orléans a été hospitalisé la semaine dernière et un de ces deux individus a succombé à la COVID-19, selon la Dre Etches qui n’a pas voulu donner davantage d’information — comme l’âge et le sexe — pour ne pas que l’on puisse identifier la personne décédée.

Depuis la découverte d’un premier cas dans son enceinte, les autorités de santé publique ont identifié cinq autres personnes de Promenade Orléans atteintes du nouveau coronavirus. La médecin-chef de SPO n’était pas en mesure de dire lundi après-midi s’il s’agissait uniquement de résidents ou si des employés se trouvaient dans cette liste.

Au cours de la fin de semaine, au moins un cas a été confirmé dans la résidence Maplewood, sur l’avenue Industrial. Selon Vera Etches, il pourrait y avoir éclosion de la COVID-19 dans cet établissement également, mais ne pouvait le confirmer lundi après-midi puisque les résultats de certains tests n’étaient pas encore connus.

Il y a désormais 130 cas confirmés à Ottawa, dont huit nouveaux depuis dimanche. De ce groupe, 21 personnes ont dû être hospitalisées, dont six qui se trouvent aux soins intensifs.

La médecin-chef de Santé publique Ottawa, Vera Etches

Coercition

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a annoncé lundi qu’en conformité avec les récentes décisions du gouvernement de l’Ontario, la Ville accroît les pouvoirs des agents du règlement municipal.

Pour libérer les policiers en prévision d’appels d’urgence, ces agents répondront aux signalements d’attroupements illégaux dans le cadre des mesures de distanciation physique. Des attroupements dans un parc, des fêtes dans des résidences privées et des restaurants dont la salle à manger est toujours ouverte font partie des incidents qui susciteraient l’attention des agents du règlement municipal.

«Ce n’est pas seulement irresponsable d’organiser des fêtes en ce moment, c’est carrément idiot», lance M. Watson, visiblement excédé par ce qu’il décrit comme étant la «minorité» qui n’écoute pas les directives des experts en santé publique.

«Notre première approche sera éducative, explique de son côté le directeur du service de protection et d’urgences, Anthony Di Monte. Si ça ne fonctionne pas, on devra distribuer des contraventions. […] Les mesures coercitives sont un outil, mais on ne veut vraiment pas les utiliser.»