Une murale à Los Angeles, en Californie invite les gens à rester chez soi. «Restez à la maison, la vie est belle», peut-on y lire.
Une murale à Los Angeles, en Californie invite les gens à rester chez soi. «Restez à la maison, la vie est belle», peut-on y lire.

COVID-19: les États-Unis dépassent le cap des 10 000 morts

WASHINGTON — Les États-Unis, qui ont dépassé les 10 000 morts du nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie, ont recensé 1150 décès supplémentaires en 24 heures, selon le comptage lundi soir à 20h30 de l’Université Johns Hopkins.

Le pays dénombre officiellement plus de 366 000 cas d’infection (quasiment 30 000 cas supplémentaires en 24 heures) et déplore 10 783 décès au total, selon cette base de données actualisée en continu.

Les États-Unis sont le pays du monde qui compte, de très loin, le plus de cas officiellement déclarés de COVID-19. Le nombre de décès causés par la maladie dans le pays augmente depuis plusieurs jours de plus de 1000 morts quotidiennement, se rapprochant ainsi peu à peu du bilan déploré en l’Italie (16 523 morts) et en Espagne (13 005).

Italie : Rome débloque 400 milliards d’euros

Le gouvernement italien a décidé lundi soir de débloquer 400 milliards d’euros (609 milliards $) de liquidités pour soutenir les entreprises, face à l’épidémie de coronavirus.

«Avec le décret à peine approuvé, nous donnons des liquidités immédiates pour 400 milliards d’euros à nos entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes : 200 milliards [304 milliards $] pour le marché intérieur, et 200 autres milliards pour pouvoir soutenir les exportations. C’est une puissance de feu», a annoncé le chef du gouvernement Giuseppe Conte, lors d’une conférence de presse.

Le ministre de l’Économie, Roberto Gualtieri, a précisé que «200 milliards d’euros de garantie publique [seront débloqués] pour les prêts, jusqu’à hauteur de 90 %, pour les entreprises de tout type», garantie qui pourra atteindre jusqu’à 25 % du chiffre d’affaires ou jusqu’au double du coût du personnel.

«Les garanties seront délivrées via un système très simple, direct, au système bancaire, via la société Sace», une société de la Caisse des dépôts, a-t-il ajouté, avec un certain nombre de conditions comme l’interdiction de distribuer des dividendes dans l’année.

À cela s’ajouteront 200 milliards d’euros de garanties, toujours via Sace, pour le soutien à l’export.

Ceci porte à 750 milliards d’euros (1142 milliards $) les garanties publiques pour les prêts aux entreprises, après le précédent décret pris le 16 mars.

Le gouvernement italien avait alors aussi adopté des mesures d’un montant d’environ 25 milliards d’euros (38 milliards $) pour soutenir les familles et les entreprises touchées par la pandémie.

Arabie Saoudite: couvre-feu de 24 heures étendu dans plusieurs villes

L’Arabie Saoudite a étendu lundi un couvre-feu de 24 heures à plusieurs régions, dont la capitale Riyad, pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.

Dans le royaume, 38 décès liés à la maladie COVID-19 ont été officiellement recensés, ainsi que 2065 cas de contamination.

Selon le ministère de l’Intérieur, un couvre-feu de 24 heures est désormais appliqué dans plusieurs régions, y compris Riyad, Jeddah, Dammam et Tabouk.

La circulation est aussi interdite entre de nombreux gouvernorats, a précisé le ministère sur Twitter.

Le 2 avril, un couvre-feu total de 24 heures a été imposé dans les villes saintes de l’islam, La Mecque et Médine, pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

De tous les pays arabes du Golfe, l’Arabie Saoudite est le plus touché par le nouveau coronavirus.

L’Arabie Saoudite a suspendu le petit pèlerinage, la Omra, qui se déroule à La Mecque et Médine tout au long de l’année. Mais elle n’a pas encore annoncé si le hajj, le pèlerinage annuel musulman, l’un des plus grands rassemblements religieux au monde, aurait bien lieu dans ce contexte.

En 2019, La Mecque avait accueilli 2,5 millions de fidèles durant le hajj.

Israël: bouclage total des villes pour la Pâque juive

Israël va imposer un bouclage entre les villes du pays de mardi à vendredi dans l’espoir de limiter la propagation du nouveau coronavirus pendant les fêtes de la Pâque juive, où les familles ont l’habitude de se réunir.

«Il y aura un bouclage à partir de mardi à 16h [locales ou 9h, heure du Québec] jusqu’à vendredi à 7h [locales ou minuit, heure du Québec], vous devrez rester dans vos villes et villages», a déclaré lundi soir le premier ministre Benjamin Netanyahu dans une intervention télévisée en direct.

Il a ajouté que mercredi soir, repas du Seder, moment familial phare de Pessah, la Pâque juive, seules les personnes vivant sous le même toit pourront rester ensemble.

Plus de 8900 cas de contamination, dont 57 morts, ont été officiellement recensés en Israël.

L’épidémie se concentre en particulier dans les villes et les quartiers juifs ultra-orthodoxes, où plusieurs personnes ont pris du temps à mettre en vigueur les mesures sanitaires, voire ne les respectent pas.

Le <em>Greg Mortimer</em>, paquebot australien, battant pavillon des îles Bahamas et transportant quelque 200 passagers et membres d’équipage, est bloqué à une vingtaine de kilomètres au large du port de Montevideo, la capitale uruguayenne, depuis plus d’une semaine.

+

URUGUAY: PLUS DE 80 MALADES À BORD D’UN PAQUEBOT ANCRÉ AU LARGE

Au moins 80 passagers et membres d’équipage d’un paquebot australien, ancré depuis plusieurs jours au large de Montevideo, sont contaminés à la COVID-19, selon les résultats de tests effectués par les autorités sanitaires locales rendus publics lundi.

Le Greg Mortimer, battant pavillon des îles Bahamas et transportant quelque 200 passagers et membres d’équipage, est bloqué à une vingtaine de kilomètres au large du port de la capitale uruguayenne depuis plus d’une semaine.

Les autorités uruguayennes, qui ont fermé leurs frontières en raison de la pandémie de COVID-19, ont refusé au navire le droit d’accoster.

Selon la compagnie australienne de croisières Aurora Expeditions, propriétaire du navire, des tests à la COVID-19 ont été menés dimanche à bord par les autorités sanitaires locales.

Dans l’immédiat, «81 passagers et membres d’équipages ont été testés positifs» et «90 résultats d’analyses sont toujours en attente». Les résultats devraient être connus dans les «12 à 24 heures», indique l’entreprise dans un communiqué. Par ailleurs, «45 passagers et membres d’équipages ont été testés négatifs», selon la même source.

Le ministère uruguayen de la Santé avait auparavant annoncé qu’«au moins 60 passagers» parmi les quelque 200 personnes se trouvant à bord, étaient infectées.

Six personnes «au pronostic vital engagé» ont été autorisées à débarquer et ont été hospitalisées. Selon la presse locale, il s’agit de trois Australiens, deux Philippins et une Britannique.

Le reste de l’équipage et des passagers, en majorité des Australiens, Néo-zélandais et Britanniques, sont confinés à bord du navire, selon le ministère uruguayen de la Santé.

«Il y a un pourcentage relativement élevé de personnes infectées, mais seulement six ont nécessité un transfert dans des hôpitaux de Montevideo, car leur vie était en danger», a déclaré dimanche soir le ministre uruguayen des Affaires étrangères, Ernesto Talvi, à la télévision locale Canal 10.

Pour le reste des personnes restées à bord et «qui ne sont pas porteuses du coronavirus, sont asymptomatiques ou avec des symptômes légers», le gouvernement étudie la possibilité de mettre en place un «corridor humanitaire» leur permettant de rejoindre un avion à destination de l’Australie, a-t-il poursuivi.  AFP