Normand Dubé, le propriétaire du Pavillon Chasse et pêche, à Granby, n’a pas nié que ses ventes d’armes de chasse ont été à la hausse au cours des derniers jours, ce qu’il attribue cependant à la saison de chasse imminente, mais aussi à ses bonnes affaires qui vont bien depuis plusieurs années.

COVID-19: légère hausse des ventes d’armes

Ils sont un peu plus nombreux qu’à l’habitude à se procurer des armes à feu ces temps-ci, ont confirmé à La Voix de l’Est deux détaillants d’armes de chasse. Si cette hausse s’explique en grande partie par la saison de chasse printanière qui devrait s’amorcer sous peu, force est de constater que quelques personnes ressentent toutefois le besoin de se protéger pendant la crise du coronavirus. Rien pour s’affoler, préviennent-ils toutefois.

« Le monde est en train de virer fou ! » lance Benoit Ferland, propriétaire de la boutique Ferland Sports Ecotone à Roxton Falls.

S’il n’a pas enregistré de hausse des ventes d’armes à feu à cette adresse, il dit avoir remarqué une hausse à son magasin de Drummondville, où il a reçu des demandes pour « des balles que je ne vends pas normalement ». D’autres franchisés de la chaîne Ecotone ont également vu leur chiffre d’affaires augmenter légèrement au cours des derniers jours.

« Entre collègues, on a constaté un petit vent de panique. C’est une petite vague. On parle de personnes survivalistes comme il en existe depuis toujours, explique le commerçant. On parle surtout de gens qui ont peut-être peur des pénuries dans les épiceries et qui pensent être obligés de tuer un chevreuil pour manger. »

M. Ferland rappelle que la chasse à la dinde sera bientôt ouverte, et que ce sont les armes qui servent à la pratique de ce loisir qui sortent le plus de ses magasins.

C’est un constat similaire qu’a fait Normand Dubé, le propriétaire du Pavillon Chasse et pêche, à Granby. Celui-ci n’a pas nié que ses ventes d’armes de chasse ont été à la hausse au cours des derniers jours, ce qu’il attribue cependant à la saison de chasse imminente, mais aussi à ses bonnes affaires qui vont bien depuis plusieurs années.

Il indique toutefois constater un « effet d’entraînement, un peu comme pour le papier de toilette. Les gens qui avaient l’intention d’acheter de toute façon s’y prennent d’avance ».