L’incertitude pesait lundi sur le paquebot Zaandam, qui transporte quatre morts et des dizaines de personnes souffrant de symptômes grippaux.
L’incertitude pesait lundi sur le paquebot Zaandam, qui transporte quatre morts et des dizaines de personnes souffrant de symptômes grippaux.

COVID-19: la Floride ne veut pas laisser débarquer les passagers du Zaandam

FORT LAUDERDALE — L’incertitude pesait lundi sur le paquebot Zaandam, qui transporte quatre morts et des dizaines de personnes souffrant de symptômes grippaux. Le gouverneur de Floride ne veut pas les laisser débarquer en pleine pandémie de coronavirus, mais envisage de faire monter des secours à bord.

C’est avec 1 800 passagers de multiples nationalités et membres d’équipage à son bord que le paquebot néerlandais était parti le 7 mars de Buenos Aires, avait franchi le cap Horn, puis avait vu le Chili refuser les passagers malades qu’il voulait débarquer.

Le Zaandam a finalement atteint lundi la mer des Caraïbes, après avoir parcouru les 80 kilomètres du canal de Panama dans la nuit de dimanche à lundi.

Il avait auparavant effectué le transfert de quelque 400 passagers sains vers le Rotterdam, un second navire envoyé à la rescousse par la compagnie Holland America (groupe Carnival),  avec des vivres, du personnel et des tests COVID-19.

Mais le port d’arrivée que visait le Zaandam, Fort Lauderdale, en Floride, hésite à l’accueillir.

Et le gouverneur de cet état du sud-est des États-Unis, Ron DeSantis, a été très direct.

«Nous ne pouvons pas nous permettre de nous voir refourguer des gens, qui ne sont même pas des Floridiens», a-t-il déclaré, arguant que les passagers «épuiseraient les précieuses ressources» mises en place pour faire face au coronavirus dans l’état.

«Nous aimerions que du personnel médical soit simplement envoyé sur le bateau, et espérons que les compagnies de croisière pourront l’organiser, afin de s’occuper des gens qui ont peut-être besoin d’assistance médicale», a-t-il précisé plus tard.

«Mais je crois que beaucoup d’entre eux sont des étrangers, et nous voulons nous assurer que nous avons les lits disponibles pour» les habitants de la Floride, a encore souligné le gouverneur républicain.

Une élue démocrate du Congrès américain, Ilhan Omar, a appelé la Floride à laisser «les passagers débarquer avant que toute nouvelle mort inutile ne survienne», en expliquant que six d’entre eux, dont quatre malades, venaient de son état du Minnesota.

«Quatre personnes sont mortes et cela restera sur la conscience de tous ceux qui nous ont rejetés tout au long du chemin», avait dit dimanche à l’AFP une passagère, Laura Gabaroni, évacuée samedi du Zaandam, où elle voyageait avec son époux.

Une centaine de Français

Parmi les passagers des deux paquebots, de multiples nationalités sont représentées dont 105 Français, selon des sources officielles.

Garder le cap sur la Floride reste à ce stade «l’option privilégiée», a déclaré lundi le secrétaire d’État français aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, sur la chaîne France 5.

«La Floride comprend de nombreux ports», a-t-il répondu, interrogé sur les hésitations de Fort Lauderdale à autoriser l’accostage. «Nous allons continuer les interventions politiques s’il le faut pour trouver une solution», a-t-il ajouté.

Le président du bateau de croisière a assuré que ses équipes travaillaient «24 heures sur 24» pour «trouver une destination» dans une situation «difficile et sans précédent».

«La meilleure façon de protéger votre santé est de faire en sorte que vous soyez à l’isolement et en sécurité pendant que nous travaillons pour trouver une destination afin de vous permettre de débarquer et de rentrer chez vous», a expliqué Orlando Ashford aux passagers, dans une vidéo publiée par Holland America sur les réseaux sociaux.

Contrairement à ce qui avait été expliqué dans un premier temps, le Zaandam et le Rotterdam «vont rester ensemble».

Dimanche, l’Autorité du canal de Panama (ACP), qui gère la voie maritime, avait donné son feu vert à la traversée des deux navires, à titre exceptionnel, pour des raisons «humanitaires».

Selon Paris, Panama a autorisé le passage du paquebot après un appel du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian à son homologue panaméen.

Samedi, un premier groupe de 400 personnes, déjà testées négatives à la COVID-19, avait été accueilli à bord du Rotterdam. Le transfert s’est poursuivi dimanche entre les deux navires lorsqu’ils mouillaient au large de la côte pacifique du Panama.

Vendredi, Holland America avait annoncé le décès de quatre passagers à bord du Zaandam, sans en préciser la cause, et la contamination d’au moins deux autres de la COVID-19. Mais elle ne faisait plus état de ces deux cas dans un communiqué dimanche soir.