Un appel massif au dépistage a été fait pour les jeunes ayant fréquentés un bar. 
Un appel massif au dépistage a été fait pour les jeunes ayant fréquentés un bar. 

COVID-19: de nouvelles flambées chez les jeunes adultes inquiètent les autorités

OTTAWA — De nouvelles flambées de COVID-19 chez les jeunes adultes dans plusieurs régions du pays suscitent des inquiétudes quant à l’impact que ces nouveaux cas pourraient avoir sur l’assouplissement des restrictions actuellement en vigueur.

L’Ontario a rapporté mardi son plus grand nombre quotidien d’infections confirmées depuis la fin juin, soit 203 nouveaux cas - une hausse qui a incité la ministre de la Santé de l’Ontario, Christine Elliott, à insister sur l’importance de suivre les règles de distanciation physique pour freiner cette tendance inquiétante.

L’Alberta et la Colombie-Britannique ont également rapporté une augmentation des nouvelles infections à la COVID-19 au cours des deux derniers jours.

L’administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, le docteur Howard Njoo, affirme que l’augmentation du nombre de nouveaux cas à l’échelle nationale inquiète les autorités de santé publique.

Le nombre quotidien de nouveaux cas au Canada avait récemment ralenti à une moyenne d’environ 300 par jour, mais ce nombre est passé à une moyenne quotidienne de 460 dans les quatre derniers jours.

La majorité des nouveaux cas concernent de jeunes adultes, dont beaucoup ont contracté le nouveau coronavirus en allant dans des bars ou des restaurants et en assistant à des fêtes dans des lieux intérieurs, a déclaré le docteur Njoo aux journalistes mardi lors d’une séance d’information à Ottawa.

Le docteur Njoo affirme que les autorités locales devront décider si les bars ou les restaurants devraient être autorisés à demeurer ouverts.

«Je pense que tout le monde est fatigué après avoir passé l’hiver enfermé», a-t-il concédé.

«Et maintenant, avec le temps plus clément et l’été, je pense que les gens veulent simplement sortir, donc je pense qu’il y a un facteur de fatigue à essayer de maintenir toutes ces bonnes mesures de santé publique.»

Un facteur d’invincibilité

Le docteur Njoo a estimé qu’un «facteur d’invincibilité» jouait également chez les jeunes dans les épidémies. Ce facteur est confirmé par de nouvelles preuves scientifiques qui montrent que les jeunes qui contractent la COVID-19 sont moins susceptibles de tomber gravement malades.

«Je pense qu’à un certain âge, vous pensez que vous pouvez vous en tirer dans tous les cas. Je pense que c’est là qu’il y a un défi, car même s’ils n’ont que des symptômes légers ou s’ils sont asymptomatiques, le fait est qu’ils font partie de notre société.»

Il a suggéré que certains jeunes qui assistent à des fêtes intérieures et qui ne respectent pas les mesures de distanciation physique pourraient agir ainsi parce que l’assouplissement actuel des mesures sanitaires - y compris la réouverture des bars et des restaurants - a envoyé le signal qu’ils peuvent se permettre de baisser la garde.

Mais c’est aux autorités locales de décider si ces établissements devraient être autorisés à rester ouverts, a déclaré le docteur Njoo.

«Nous reconnaissons également que nous devons à un moment donné rouvrir notre société. La partie la plus délicate, en fait, est d’essayer de trouver cet équilibre alors que nous, en tant que société, découvrons lentement comment nous allons de l’avant avec prudence dans les divers secteurs.»

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, s’est dit particulièrement préoccupé par les données indiquant que 57 % des nouveaux cas rapportés de mardi dans sa province concernaient des personnes âgées de 39 ans ou moins et que certaines des éclosions étaient liées à des personnes ayant assisté à des fêtes à l’intérieur.

«Je demande simplement aux gens de ne pas participer à ces fêtes, je ne sais pas pourquoi tout le monde veut faire la fête mais... c’est assez, a lancé M. Ford. Nous devons garder cela sous contrôle et nous le ferons.»

+

PLUS GRAND NOMBRE DE CAS EN ONTARIO ET AU QUÉBEC DEPUIS JUIN

MONTRÉAL — Les deux provinces canadiennes les plus touchées par la pandémie de coronavirus enregistraient mardi leurs plus grands nombres de nouveaux cas depuis le mois de juin.

Le Québec a enregistré 180 nouveaux cas, plus grand nombre depuis le 12 juin, ainsi qu’un décès au cours des dernières 24 heures, selon le bilan du gouvernement.

Le Québec a enregistré depuis mi-mars plus de la moitié des quelque 111 000 cas de coronavirus comptabilisés au Canada et près des deux tiers des 8892 décès.

L’Ontario, province la plus peuplée, a répertorié de son côté 203 nouveaux cas, plus grand nombre depuis fin juin, et 1 décès.

«Bien qu’il s’agisse de données pour une seule journée, c’est inquiétant », a jugé la ministre de la Santé de l’Ontario, Christine Elliott, précisant que «57 %» des cas ont été diagnostiqués chez les 39 ans et moins.»

Au Québec, plus du quart des nouveaux cas concernaient des adultes âgés entre 20 et 40 ans.

Plusieurs de ces nouveaux cas concernent des jeunes qui sont allés dans des bars ou qui ont participé à des rassemblements, a indiqué à la presse Howard Njoo, un responsable de la Santé publique du Canada.

Après avoir largement aplani sa courbe de nouveaux cas en juin, le Québec a enregistré plus de 100 cas chaque jour depuis une semaine. La province est la seule au Canada à imposer depuis le week-end dernier le port du masque dans tous les espaces publics clos.

La Colombie-Britannique et l’Alberta, deux provinces de l’Ouest du pays, observent également une recrudescence de nouveaux cas. AFP