Un cycliste circule dans la voie réservée aux vélos à Milan, en Italie, où un déconfinement a commencé lundi.
Un cycliste circule dans la voie réservée aux vélos à Milan, en Italie, où un déconfinement a commencé lundi.

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

PARIS — Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19, qui a fait près de 250 000 morts dans le monde.

La pandémie a fait au moins 250 203 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 18h30 (heure du Québec).

Plus de 3 570 093 cas ont été officiellement diagnostiqués dans 195 pays et territoires.

Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (68 689), devant l’Italie (29 079), le Royaume-Uni (28 734), l’Espagne (25 428) et la France (25 201).

Déconfinements prudents en Europe

Plusieurs pays en Europe entament cette semaine le déconfinement de leurs millions d’habitants, sur un mode progressif et prudent dans la plupart des cas.

En Italie, où il débute lundi, pas de commerces de détail rouverts, de bars ou de restaurants, télétravail encouragé, distanciation sociale maintenue dans les transports, pas de rassemblement.

En Espagne, certains petits commerces comme les coiffeurs peuvent recevoir des clients sur rendez-vous, en Allemagne des écoles rouvrent progressivement dans certains États régionaux. En Belgique, les entreprises qui n’accueillent pas de public ont pu redémarrer.

France: des maires inquiets

En France, où le déconfinement doit débuter le 11 mai, plus de 300 maires de la région parisienne, très dense et très touchée par le virus, ont demandé par courrier au président Emmanuel Macron de repousser la réouverture des écoles au-delà du 11 mai, refusant d’endosser sa responsabilité en l’absence d’un «protocole sanitaire strict».

La ministre du Travail a jugé de son côté lundi «raisonnable» et «important» d’envisager un télétravail massif jusqu’à l’été et a encouragé syndicats et patronat à mieux encadrer sa pratique.

Le Japon prolonge l’état d’urgence

Le premier ministre japonais a annoncé lundi la prolongation jusqu’au 31 mai de l’état d’urgence, en vigueur depuis le 7 avril dans le pays, mais sous une forme beaucoup moins contraignante qu’en Europe.

Le Japon, qui compte 126 millions d’habitants ne connaît à ce jour que 510 décès liés au coronavirus.

Dubaï: Exposition universelle reportée

L’Exposition universelle de 2020 à Dubaï, où quelque 25 millions de touristes étaient attendus, va être reportée d’un an en raison de la pandémie, a annoncé lundi le Bureau international des expositions (BIE). Les Émirats arabes unis avaient demandé ce report.

++

Le ministre britannique de la Santé Matt Hancock a ann0ncé lundi que le Royaume-Uni compte, comme de nombreux pays, s’appuyer sur une application de traçage testée à partir de mardi sur l’île de Wight en vue d’être généralisée dans plusieurs semaines.

LE ROYAUME-UNI TESTE UNE APPLICATION DE TRAÇAGE

Les autorités britanniques ont annoncé lundi lancer les tests d’une application de traçage, au cœur du dispositif prévu pour envisager l’assouplissement du confinement en œuvre depuis six semaines pour lutter contre le nouveau coronavirus.

Avec 28 734 morts selon le dernier bilan communiqué lundi, le Royaume-Uni est le deuxième pays le plus touché en Europe par le virus après l’Italie.

La courbe des victimes de la COVID-19 marque une baisse «lente, mais continue», a souligné lors de la conférence de presse quotidienne de Downing Street le professeur Jonathan Van-Tam, l’un des responsables des services sanitaires britanniques.

Le confinement a été décrété le 23 mars et prolongé jusqu’à jeudi, date à laquelle il doit être réexaminé.

Un porte-parole de Downing Street a expliqué que cette date ne serait pas forcément l’occasion d’annoncer un assouplissement. Il n’a pas non plus confirmé qu’une stratégie de sortie serait dévoilée dimanche soir dans une allocution du premier ministre Boris Johnson, comme l’affirment certains médias.

Pour éviter une nouvelle vague de contaminations, le Royaume-Uni compte, comme de nombreux pays, s’appuyer sur une application de traçage testée à partir de mardi sur l’île de Wight en vue d’être généralisée dans plusieurs semaines.

L’application sera disponible à partir de mardi pour les personnels de santé de l’île, a détaillé le ministre de la Santé Matt Hancock, puis à l’ensemble des 80 000 foyers de Wight.

L’application doit notamment permettre de prévenir quiconque aurait été en contact avec une personne testée positive, en utilisant une technologie Bluetooth économe en énergie. Les informations de localisation seront stockées sur les téléphones des porteurs, a-t-il précisé. AFP