Selon le directeur de la santé publique, le docteur Donald Aubin, les cinq personnes se portent bien et aucune n’est hospitalisée.

Cinq cas de COVID-19 confirmés au Saguenay-Lac-Saint-Jean

La direction de la Santé publique du Québec a confirmé trois nouveaux cas de coronavirus au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour porter le nombre de personnes infectées à cinq, indiquant cependant que leur état de santé n’inspire aucune crainte pour le moment.

Le directeur régional de la Santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Dr Donald Aubin, a tenu un point de presse en fin d’après-midi, mardi, pour donner les grandes lignes entourant la confirmation des trois nouveaux cas survenus dans la région au cours des 24 dernières heures.

« Nous avons trois cas de personnes de la région qui reviennent de voyage et deux cas de personnes de l’extérieur, dont une de l’extérieur du Canada et une du Québec », a confirmé le médecin en signalant que l’un de ces cinq cas a été confirmé au Lac-Saint-Jean pour la première fois depuis le début de la pandémie.

« Il n’y a pas d’indication à l’effet qu’il y a une contagion communautaire pour le moment », a insisté Donald Aubin. Pour le moment, les professionnels de la santé publique sont donc en mesure de remonter la chaîne de contamination de chacun des cas et de les relier avec une situation de voyage.

Les professionnels mènent toujours des investigations, lorsque les tests sont positifs, de façon à pouvoir retracer les personnes qui ont été en contact avec le sujet infecté, et ce, afin de cerner le problème et surtout éviter qu’il se propage plus rapidement.

Cette progression régionale de trois cas survient alors que la situation pour l’ensemble du Québec fait des bonds importants depuis deux jours. Le Québec occupe maintenant le premier rang au Canada avec 1013 cas confirmés contre 628 vingt-quatre heures plus tôt.

869 tests de dépistage

Les cliniques de dépistage de la région ont jusqu’à maintenant réalisé 869 tests de dépistage. Les résultats de 396 tests sont négatifs et les autres sont en attente, à l’exception des cinq cas confirmés. Le spécialiste en santé publique n’est pas en mesure de prévoir si la courbe régionale de coronavirus connaîtra des hausses importantes pendant plusieurs jours. Il est assuré que d’autres cas seront confirmés, mais les mesures adoptées lundi, qui entraient en vigueur mardi soir à minuit, devraient permettre de freiner la progression.

L’important, selon le médecin, est d’en arriver à maintenir la transmission du coronavirus à un niveau qui permettra au système de santé régional de traiter adéquatement les personnes qui développeront des symptômes et qui, dans certains cas, devront faire un séjour à l’hôpital et possiblement dans des lits de soins intensifs pour une assistance respiratoire.

Isolement des « Snowbirds »

Depuis quelques jours, des citoyens font état du comportement des « Snowbirds », ces Québécois qui reviennent de la Floride et qui font une halte dans les marchés d’alimentation avant de débuter leur période de confinement.

Donald Aubin affirme qu’il est très important d’informer ces personnes de la gravité de la situation et de l’importance d’éviter de se présenter dans des lieux publics. La situation aux États-Unis, surtout en Floride, incite le médecin à mettre l’accent sur le confinement volontaire de ces voyageurs de façon rigoureuse.

Il est impossible pour le moment de faire des prévisions sur la situation régionale à moyen terme. Les tendances de progression vont dépendre uniquement de l’observation des règles de confinement volontaire.

Au début de la pandémie, le ministère a mis en place une trajectoire de soins. Les personnes qui doivent se faire hospitaliser seront dirigées vers un centre désigné de Québec. Cette trajectoire est toujours valide, à moins que le nombre de cas explose.

Le réseau de la santé régional poursuit sa transformation en vue d’accueillir des malades. Le directeur de la Santé publique confirme que les équipes poursuivent le travail de délestage des activités traditionnelles. Il confirme que l’activité est réduite dans les urgences de la région et que les citoyens doivent toujours suivre les directives quand ils ressentent des symptômes en s’adressant à la ligne COVID-19.