Une croissance a été observée en mars et en avril par des distributeurs provinciaux de cannabis, incluant la Société ontarienne du cannabis (SOC) et la Société québécoise du cannabis (SQDC).
Une croissance a été observée en mars et en avril par des distributeurs provinciaux de cannabis, incluant la Société ontarienne du cannabis (SOC) et la Société québécoise du cannabis (SQDC).

Cannabis considéré «essentiel», la demande revient à la normale

EDMONTON — L'explosion des ventes de cannabis observée aux débuts de la pandémie de COVID-19 s'est dissipée, a estimé vendredi le chef de la direction par intérim du producteur Aurora Cannabis.

Selon Michael Singer, la demande pour le cannabis est revenue à ses niveaux prépandémie, les consommateurs ayant fait des réserves en mars, lorsqu'ils craignaient que la chaîne d'approvisionnement soit touchée par la crise et qu'ils n'étaient pas certains que l'industrie se retrouverait sur la liste des services essentiels.

La demande est revenue à la normale en avril, a expliqué M. Singer, une fois que l'industrie a été désignée comme «essentielle».

Au cours de son troisième trimestre qui s'est terminé le 31 mars - et comprenait ainsi les premières semaines de confinement des Canadiens - Aurora a vendu 12 729 kilos de cannabis, ce qui représentait une hausse de 39 % par rapport au même trimestre l'an dernier.

Une croissance a aussi été observée en mars et en avril par des distributeurs provinciaux de cannabis, incluant la Société ontarienne du cannabis (SOC) et la Société québécoise du cannabis (SQDC).

La SQDC n'a pas voulu dire de quel ordre avait été cette hausse, mais la SOC a révélé à la mi-avril que ses commandes en ligne avaient triplé depuis que la pandémie s'était installée au pays.