Bromont mise sur sa campagne «Pour le bien commun», depuis un peu plus d’un mois dans la rue Shefford, afin d’assurer le respect des consignes sanitaires. Des affiches, des pastilles et des panneaux rappellent notamment aux passants de garder une distance de «2m» et l’importance de porter un masque.
Bromont mise sur sa campagne «Pour le bien commun», depuis un peu plus d’un mois dans la rue Shefford, afin d’assurer le respect des consignes sanitaires. Des affiches, des pastilles et des panneaux rappellent notamment aux passants de garder une distance de «2m» et l’importance de porter un masque.

Bromont se réjouit du port du masque obligatoire

Louis Villeneuve est le premier à se réjouir de l’annonce faite lundi par François Legault sur le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés à compter de samedi.

Jeudi dernier, le maire de Bromont se montrait catégorique: si le gouvernement ne bougeait pas, il envisageait, à l’instar de Montréal, d’obliger le port d’un couvre-visage «très rapidement». «Mais je n’aurai finalement pas à le faire puisque le gouvernement a agi», s’est-il réjoui, lundi après-midi.

M. Villeneuve a rappelé le caractère «hautement touristique» de sa municipalité, à la fois avantageux et désavantageux par les temps qui courent. «On est très contents de recevoir tout le monde, surtout avec le début des vacances de la construction, mais ça vient aussi avec la responsabilité de protéger tout le monde», a-t-il dit.

«Quand on sait que le masque protège les autres, je pense pouvoir dire que c’est une mesure adéquate, une mesure qui vient à point, même si c’est dérangeant», a-t-il convenu. «Ça va nous permettre de recevoir des gens, de continuer à vivre, de passer un bel été, et tout ça, ça fait du bien au moral.»

«Le fait d’avoir misé sur quatre sports qui font notre renommée, ça correspond tout à fait à l’ADN de Bromont et en plus, ça fait sourire parce que c’est moins aride comme message», indique Marie Allaire, directrice du développement chez Tourisme Bromont.

Malgré une hausse du nombre de cas de COVID-19 dans une autre région très touristique, celle des Laurentides, depuis quelque temps, le maire de Bromont n’est pas inquiet outre mesure de voir la situation se répéter dans sa municipalité avec l’arrivée des vacances de la construction... et des touristes qui viennent avec.

«Je n’ai pas peur. Les choses vont assez bien en général. Les Bromontois et les Québécois sont très sensibilisés depuis le début de la pandémie. J’ai confiance qu’ils vont continuer à collaborer.»

À LIRE AUSSI: Les maires de la région favorables au port du masque obligatoire

M. Villeneuve invite d’ailleurs les citoyens et les touristes à «prendre leurs responsabilités». «Il va falloir s’habituer à trainer un masque, au même titre que ses clés ou son cellulaire.»

«Chacun doit travailler pour le bien de la collectivité», réitère-t-il.

Bromont mise sur sa campagne «Pour le bien commun», mariant audace et humour depuis un peu plus d’un mois dans la rue Shefford, afin d’assurer le respect des consignes sanitaires. Des affiches, des pastilles et des panneaux rappellent notamment aux passants de garder une distance de «2m» et l’importance de porter un masque.

«Pour le bien commun»

Bromont mise d’ailleurs sur sa campagne «Pour le bien commun», mariant audace et humour depuis un peu plus d’un mois dans la rue Shefford, alors que des affiches, des pastilles et des panneaux rappellent aux passants de garder une distance de «2m ou un cheval», «2m ou un kart de golf», «2m ou un télésiège quadruple» ou «2m et un vélo tandem».

«Nous voulions trouver la bonne approche et la bonne tonalité pour à la fois refléter la nature accueillante et conviviale de Bromont, promouvoir la vitalité des commerces et remémorer aux visiteurs que le respect des consignes demeure prioritaire, pour le bien de tous», explique Marie Allaire, directrice du développement chez Tourisme Bromont.

«Le fait d’avoir misé sur quatre sports qui font notre renommée, ça correspond tout à fait à l’ADN de Bromont et en plus, ça fait sourire parce que c’est moins aride comme message», ajoute-t-elle.

Rappelons également que des stations de désinfection pour les mains ont aussi été installées dans la rue Shefford.