Les automobilistes qui proviennent d’Ottawa devront encore traverser un barrage routier à la sortie des ponts, à Gatineau.
Les automobilistes qui proviennent d’Ottawa devront encore traverser un barrage routier à la sortie des ponts, à Gatineau.

Barrages routiers levés le 11 mai, sauf à Gatineau

Les barrages routiers seront levés le 11 mai en Outaouais, sauf entre Ottawa et Gatineau.

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a précisé le plan provincial de déconfinement progressif, mercredi.

Les contrôles routiers visant à empêcher tout déplacement non essentiel entre les différentes MRC de l’Outaouais prendront fin le 11 mai.

S’il sera possible de voyager entre Gatineau et les MRC voisines sans traverser un contrôler routier, la situation restera la même qu’aujourd’hui pour les déplacements interprovinciaux. 

Les automobilistes qui proviennent d’Ottawa devront encore traverser un barrage routier à la sortie des ponts, à Gatineau. Le gouvernement n’a pas précisé la date de cette levée de ces contrôles routiers.

Les policiers de Gatineau et de la Sûreté du Québec seront encore bien présents sur les cinq ponts interprovinciaux reliant Ottawa et Gatineau dans les prochaines semaines.

«Nous ne sommes pas en mesure de donner une date aujourd’hui (mercredi) pour Gatineau, a dit la ministre Guilbault. On suit la situation de près avec la Santé publique.»

Près des autres «points de contact» entre les deux provinces, en dehors de la zone urbaine, on pourrait voir diminuer la présence de policiers.

«On maintient ceux de Gatineau parce qu’il y a un fort volume et il y avait une préoccupation, compte tenu de la situation du côté de l’Ontario, a dit la ministre. On a mis tout ça dans la balance. En Outaouais, ça va permettre les déplacements entre les MRC.»

Depuis le début de la crise, les préfets des MRC rurales de l’Outaouais craignent le fort achalandage de villégiateurs ontariens. La fragilité des infrastructures en santé dans le milieu rural leur fait craindre une propagation communautaire trop rapide de la COVID.

À LIRE AUSSI: Retrait des barrages, pas des bonnes habitudes

Le gouvernement compte encore une fois sur la discipline des Québécois pour éviter une nouvelle remontée des cas de COVID-19. «Ce n’est pas le temps d’aller flâner dans une autre région que pour le plaisir», a rappelé Mme Guilbault.

La Santé publique rappelle que les mêmes mesures de distanciation sociale, de lavage des mains, et d’interdiction des rassemblements sont en vigueur.

La Santé publique rappelle que les mêmes mesures de distanciation sociale, de lavage des mains, et d’interdiction des rassemblements sont en vigueur.

«La situation à Ottawa est plus préoccupante que pour nous, a dit mercredi la médecin-conseil de la Direction de la Santé publique de l’Outaouais, Carol McConnery. Malgré la levée des barrages (il faut encore) donner la priorité aux déplacements essentiels.» 

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault

Ailleurs au Québec

D’autres régions seront rouvertes avant l’Outaouais, dès le 4 mai. C’est le cas des régions des Laurentides, de Chaudière-Appalaches et de la ville de Rouyn-Noranda.

Le 11 mai, ce sera au tour de l’Outaouais (sauf Gatineau), de l’Abitibi, de la ville de La Tuque et du Saguanay-Lac-St-Jean.

Le 18 mai, les contrôles routiers seront abolis dans le Bas-St-Laurent, la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine, Charlevoix et la Côte-Nord.

Montréal devra aussi attendre avant de connaître sa date.