Le Service de police d’Ottawa tient à rappeler que « cracher ou tousser intentionnellement sur une autre personne est considéré comme une agression et les accusations seront considérées en conséquence ».
Le Service de police d’Ottawa tient à rappeler que « cracher ou tousser intentionnellement sur une autre personne est considéré comme une agression et les accusations seront considérées en conséquence ».

Accusée pour avoir craché sur un policier en prétendant avoir la COVID-19

Une femme dans la vingtaine fait face à quatre chefs d’accusation pour avoir craché et toussé sur un policier lorsque ce dernier procédait à son arrestation dans la nuit de samedi à dimanche.

Aux premières heures du 5 avril, des agents se sont rendus dans le bloc du 100 avenue Forward afin d’enquêter sur une possible introduction par effraction dans le bâtiment.

« En se rendant à l’adresse en question, il a été déterminé qu’il n’y avait pas eu d’introduction par effraction, mais le propriétaire de l’immeuble a demandé que les agents retirent une femme des lieux », explique le Service de police d’Ottawa (SPO).

Cette dernière a initialement refusé de s’identifier et avait un mandat d’arrestation en son nom.

« Elle a résisté à l’arrestation et a volontairement toussé sur les agents qui l’ont arrêté en prétendant qu’elle avait le coronavirus, détaille le SPO. Pendant son transport, la femme a aussi craché sur un policier. »

Brittany Lague a finalement été accusé de voies de fait envers un policier, de résistance à l’arrestation, de méfait et de manquement aux conditions de la probation.

La femme de 24 ans a comparu devant la justice dimanche matin, mais demeure en détention.

Rappelons que mercredi dernier, un itinérant de 28 ans avait également été accusé pour avoir craché sur un policier, à Ottawa.

Le Service de police d’Ottawa tient à rappeler que « cracher ou tousser intentionnellement sur une autre personne est considéré comme une agression et les accusations seront considérées en conséquence ».