« Moins de cinq cas » ont été confirmés au pavillon Leber de l’école secondaire La Montée. 
« Moins de cinq cas » ont été confirmés au pavillon Leber de l’école secondaire La Montée. 

86 % des Estriens contaminés par la COVID-19 sont rétablis

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Trois des quatre CHSLD de Sherbrooke sont présentement en veille d’éclosion. Des élèves positifs au coronavirus ont fréquenté trois des quatre écoles secondaires publiques de Sherbrooke (Du Phare, Mitchell-Montcalm et La Montée), où des classes sont présentement en quarantaine. L’Estrie a aussi enregistré 25 nouveaux cas positifs à la COVID-19 lors du bilan de lundi.

Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke vit sa deuxième éclosion avec « moins de cinq cas confirmés » au pavillon Leber de l’école La Montée. Un nouveau cas positif a aussi été signalé à l’école primaire Brébeuf de Sherbrooke. Cette école avait fait face à un premier cas positif au début de la pandémie, situation qui s’était résorbée.

Mais passons rapidement aux bonnes nouvelles : le bilan des personnes considérées comme rétablies a toutefois fait un bond de 75 personnes depuis le dernier bilan de vendredi.

Sur les 1896 personnes infectées depuis le début de la pandémie en Estrie, 1645 Estriens sont maintenant rétablis, soit 86 % (voir tableau). Il reste toujours 251 personnes encore contagieuses sur le vaste territoire de la région sociosanitaire de l’Estrie, principalement sur les territoires de la Haute-Yamaska (91), de Sherbrooke (63) et du Granit (37). Suivent ensuite le RLS de la Pommeraie (20), la MRC-RLS du Val-Saint-François (14), la MRC-RLS des Sources (11) et finalement celle de Memphrémagog (8). Les MRC de Coaticook et du Haut-Saint-François n’ont plus que deux cas positifs chacun.

Pour être considérées comme rétablies, les personnes doivent patienter dix journées en isolement après avoir reçu le résultat positif à leur test de dépistage à la COVID-19. À la fin de la dixième journée, les personnes peuvent sortir de l’isolement si elles n’ont plus de fièvre depuis au moins 48 heures (sans avoir pris un médicament contre la fièvre) et si les symptômes se sont améliorés depuis au moins 24 heures (excluant la toux ou la perte de l’odorat, qui peuvent durer plus longtemps).

Les personnes immunosupprimées et les personnes qui ont fait une forme plus grave de la maladie (allant jusqu’à être hospitalisées) sont parfois considérées comme guéries par la direction de la Santé publique après un plus long délai.