23 employés du CIUSSS mis en quarantaine

La situation précaire des ressources humaines risque de s’amplifier considérablement dans les prochaines heures à l’hôpital de Chicoutimi et par ricochet dans les établissements du CIUSSS au Saguenay, alors que 23 travailleurs et travailleuses ont été informés qu’ils devaient demeurer à la maison dans les prochains jours.

Selon les informations obtenues par Le Quotidien en fin de soirée jeudi et tôt vendredi matin, l’employeur a contacté chacune de ces personnes pour les informer de la situation. Il s’agit principalement de 23 infirmières, infirmières-auxiliaires et préposées aux bénéficiaires, qui ont effectué des quarts de travail au CHSLD de la Colline depuis le 16 avril. C’est comme si l’établissement fermait d’un seul coup une vingtaine de lits de soins aigüs.

Cette décision a été prise après qu’une infirmière, qui a complété un quart de travail vendredi dernier à de la Colline pour ensuite travailler samedi et dimanche en pneumologie et neurologie à l’hôpital de Chicoutimi, ait été testée positive au coronavirus lundi. Le CIUSSS a autorisé ces déplacements de personnel vers de la Colline avec un retour dans un lieu sain, nonobstant la recommandation de la ministre de la Santé et des services sociaux Daniel McCann de mettre un terme à cette pratique pour évite la propagation du virus.

Asymptomatiques

Cette directive a été émise en raison du rôle joué dans la propagation du virus des porteurs asymptomatiques. Ces derniers peuvent porter le virus et le propager à d’autres personnes sans jamais avoir un seul symptôme, ou avoir des symptômes quelques jours après avoir été en contact avec le virus comme c’est le cas pour l’infirmière qui a été contaminée à de la Colline il y a une semaine.

C’est aussi de cette façon que l’éclosion avait débuté à de la Colline il y a quelques semaines, pour prendre l’ampleur qu’on voit aujourd’hui avec, comme résultat, 52 travailleurs infectés, 46 résidents contaminés et 16 décès chez les bénéficiaires. En ce moment, selon les chiffres avancés par les syndicats, plus de 50 % des 115 travailleurs nécessaires pour dispenser les services au CHSLD de la Colline sont rattachés à d’autres établissements du CIUSSS.

Le CIUSSS ne sera jamais en mesure de garantir la sécurité des CHSLD tant et aussi longtemps que les employés transiteront entre les établissements sains et le CHSLD de la Colline ou l’infirmerie des Antoniennes-de-Marie. Le déplacement d’un seul employé peut provoquer une chaîne de contamination qui aboutira dans un CHSLD.

Il est arrivé, depuis le début de la pandémie, qu’un employé de l’hôpital de Chicoutimi soit assigné à de la Colline. Il est revenu à l’hôpital de Chicoutimi pour travailler sur un département et ainsi côtoyer d’autres travailleurs. Dans ce groupe, un employé a été assigné le lendemain dans l’un des CHSLD de Chicoutimi. Ces situations ont été fréquentes et dénoncées par tous syndicats du CIUSSS depuis le début de la pandémie.

Il est impossible, pour le moment, de savoir pendant combien de temps les 23 travailleurs retirés du CIUSSS devront demeurer à la maison. Le CIUSSS pourrait procéder à un test systématique de coronavirus pour ces 23 employés avant de les autoriser à reprendre le travail. Lors de son dernier point de presse, le CIUSS, selon les propos du microbiologiste Roger Savard, avait l’intention de tester plus largement le personnel du CHSLD de la Colline.