Des 20 municipalités de la MRC Brome-Missisquoi, seules trois ont vu les coûts leur étant facturés en 2018 augmenter de moins de 3 %, soit l’objectif fixé par le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux.

Coûts de la SQ dans Brome-Missisquoi: «On a tous fait le saut»

La hausse rétro-active des salaires des agents de la Sûreté du Québec coûtera 507 505 $ en 2018 aux résidants des 20 municipalités de la MRC Brome-Missisquoi desservies par le corps policier.

Le nouveau calcul des quotes-parts des municipalités de la MRC s’élève à 8 522 378 $ cette année. Il était de 7 431 761 $ en 2017. C’est une augmentation de 1 090 617 $ du coût des services (14,68 %).

Les municipalités ont toutefois obtenu une subvention de 583 112 $ de la part du ministère des Affaires municipales pour les aider à payer leur facture. Elles doivent donc assumer le restant, soit 507 505 $. Le montant total à payer cette année au ministère de la Sécurité publique pour obtenir les services de la SQ est de 7 939 266 $.

Cette facture additionnelle servira à payer rétroactivement au 1er avril 2015 les augmentations salariales des 5400 policiers syndiqués de la SQ. L’ensemble des municipalités desservies par la police provinciale est mis à contribution. Le nouveau contrat de travail des agents s’étend jusqu’en 2022 et prévoit des hausses de salaire de 17,5 % sur cette période.

Le 19 décembre, en conférence de presse, le ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique, Martin Coiteux, avait annoncé une aide financière de 23 millions de dollars pour aider les municipalités à faire face aux hausses des coûts de la SQ. Il estimait que cette aide leur permettrait de limiter à 3 % la hausse des coûts. Sans aide, la hausse des coûts aurait atteint 10,5 %, disait-il.

Or, des 20 municipalités de la MRC Brome-Missisquoi qui paient pour les services de la SQ, seules trois ont vu les coûts leur étant facturés en 2018 augmenter de moins de 3 %. Les 17 autres enregistrent des augmentations de 4,3 % à 10,3 %. La moyenne est de 6,8 %, soit plus du double du plafond fixé par le ministre.

Les plus importantes hausses touchent Notre-Dame-de-Stanbridge- (10,3 %), Sutton (9,9 %), East Farnham (8,8 %), Dunham (8,6 %), Brome (8,3 %) et Bolton-Ouest (8,2 %).

Les quatre municipalités les plus populeuses de la MRC ont reçu des augmentations substantielles (après aide financière) : Lac-Brome (117 604 $), Cowansville (114 887 $), Sutton (105 741 $) et Farnham (45 433 $).

Limiter les hausses

« On a tous fait le saut en prenant connaissance des hausses. Ça fait beaucoup d’argent à absorber en une année », soutient Sylvie- Dionne-Raymond, préfet de la MRC et maire de East Farnham. « Personne n’est de bonne humeur avec ça. L’aide financière n’est pas récurrente et on s’attend à ce que les coûts soient plus élevés l’an prochain. »

En entrevue mardi, Mme Dionne-Raymond a indiqué qu’il est temps que le ministère de la Sécurité publique trouve une solution pour limiter les hausses des coûts de la SQ. « Tous les ans, on regarde ça. On a eu de petites baisses, des gels, mais ce sont surtout des hausses qu’on a. Les gens ne sont pas contents de voir ces augmentations. Quand on va dans la population, ces hausses sont difficiles à expliquer. Ils n’ont pas des augmentations de salaire comme ça. »

Mme Dionne-Raymond rappelle que l’entente initiale de 2002 lors de la refonte de la carte policière au Québec prévoyait que le gouvernement allait défrayer 50 % des coûts de la SQ et que les municipalités desservies allaient payer l’autre 50 %. Dans les faits, dit-elle, les municipalités en paient 53 %. « On nous le promet, mais on ne l’atteint pas », déplore-t-elle.

Les municipalités doivent faire entendre leur mécontentement à Québec, croit la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard. « On n’a pas un grand pouvoir de négociation. Ils nous envoient la facture et on la paie. C’est très décevant. On va devoir réagir. Pas tout seul, mais en groupe. »

Le gouvernement doit considérer la capacité de payer des municipalités, dit Mme Beauregard. « Pour nous, c’est 100 000 $ qu’on aurait pu utiliser ailleurs pour les services à nos citoyens. »

UNE CIBLE, PAS UN PLAFOND

L’affirmation du ministre des Affaires municipales Martin Coiteux à l’effet que les municipalités ne verront pas leur facture gonfler de plus de 3 % en 2018 est une cible et pas un plafond, indique Olivier Cantin, de la division des communications du Ministère.

Invité à expliquer pourquoi les coûts exigés à 17 des 20 municipalités de la MRC Brome-Missisquoi dépassent les 3 % (la moyenne dans la MRC est du double), il a expliqué que le 3 % évoqué par le ministre Coiteux représentait une moyenne.

Sans l’aide financière de 32 millions de dollars du Ministère, les municipalités québécoises qui sont sur le territoire de la SQ faisaient face à des hausses de plus de 10 % de leur facture, a-t-il dit.

Les municipalités desservies par la SQ obtiendront une « compensation intégrale de l’ajustement pour 2017, en lien notamment avec les ajustements salariaux » des policiers provinciaux pour les années 2016 et 2017. L’aide financière inclut aussi « 50 % de la hausse de la facturation de 2018 », peut-on lire dans les réponses du Ministère à nos questions.

Cette aide financière est ponctuelle, a confirmé M. Cantin.

Des discussions sont prévues entre le Ministère et l’Union des municipalités du Québec ainsi que de la Fédération québécoise des municipalités, a dit Marie-Ève Pelletier-, attachée de presse du ministre Coiteux. Les parties veulent trouver une solution à long terme pour assurer « une meilleure prévisibilité de coûts » de la SQ, a-t-elle dit mardi en entrevue.

Aucun échéancier n’a été déterminé pour ces discussions.