« C’était un méchant gros projet », dit Jean-Christophe Renaud au sujet de sa traversée­ du Canada à la course à pied. L’enseignant en éducation physique prépare une conférence et n’exclut pas de fouler le sol d’autres pays.

Cours pour ta vie: mission accomplie

Après avoir parcouru 7700 km et 10 provinces à la course à pied — et contemplé deux océans —, les Waterlois Jean-Christophe Renaud et Michaël Houle peuvent enfin dire mission accomplie.

Le duo de Cours pour ta vie a rejoint Vancouver à la fin octobre, un peu plus de sept mois après son départ de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador. « J’ai de la misère à réaliser qu’on a terminé », dit Jean-Christophe, joint alors qu’il profitait de quelques jours de repos en Colombie-Britannique.

« C’était un méchant gros projet, dit l’enseignant en éducation physique. Je pense que je vais vraiment le réaliser quand je reviendrai à Waterloo, dans deux semaines. » Contrairement à son partenaire de course, qui est déjà reparti en avion, il retourne au Québec à bord du véhicule récréatif qui les a accompagnés tout au long de leur aventure.

Un périple qui s’est clos de belle façon quand les coureurs se sont jetés dans le Pacifique à partir du parc Stanley, toujours dans la capitale britanno-colombienne, en compagnie d’amis et de proches. Ils ont aussi participé à une course de 10 km le lendemain et récidivé avec un marathon de 24 h une semaine plus tard, où Jean-Christophe admet avoir marché « un peu », à la fin.

« J’ai donné tout ce que je pouvais ! », dit-il.

Bilan et conférence

La course est finie, la longue barbe est rasée et l’heure est maintenant aux bilans. En chemin, les deux émules de Terry Fox — qui étaient accompagnés de Christopher Gagné au début — ont réalisé que leur objectif d’amasser 100 000 $ en courant 60 km par jour tout en faisant la promotion des saines habitudes de vie n’allait pas être atteint. 

Ils ont ajusté le tir à 10 000 $, une somme atteinte en presque totalité. « J’aurais aimé ça avoir plus, mais ça nous a appris des trucs, dit Jean-Christophe. Que les bonnes habitudes de vie ne sont pas intégrées partout. Il y a encore du travail à faire. »

À son retour, il préparera une conférence complète qu’il pourra présenter pour continuer de parler des bienfaits de l’exercice. Il veut organiser d’autres activités avec la fondation Cours pour ta vie et n’exclut pas de traverser d’autres pays. 

Bref, il a beaucoup appris de son aventure. Notamment que « le mouvement crée du mouvement ». 

« On a fait des rencontres extraordinaires grâce aux actions que nous avons posées depuis le début, dit-il. Des gens nous ont aidés, hébergés, nourris. C’est pas toujours des hasards dans la vie ! »