La consultation vise à adopter des mesures qui pourront réduire l’érosion des berges du cours d’eau Soulanges de façon efficace, le tout dans le respect de la biodiversité et de la beauté du paysage.

Cours d’eau Soulanges: remue-méninges pour revitaliser les berges

La population césairoise est conviée le 11 mars prochain à un atelier interactif de réflexion sur l’avenir du cours d’eau Soulanges afin de déterminer les mesures à mettre en place pour freiner l’érosion de ses berges.

Animée par l’Organisme de bassin versant (OBV) de la Yamaska, la soirée se déroulera en deux temps. Les participants assisteront d’abord à une présentation sur les cours d’eau et leur fonctionnement, de même que les différentes causes et conséquences de l’érosion des berges, explique Sabine Vanderlinden, chargée de projet et architecte paysagiste pour l’organisme.

L’état du cours d’eau Soulanges, plus particulièrement, sera abordé. « On souhaite que tout le monde ait la même connaissance du cours d’eau avant de passer à l’étape suivante, souligne-t-elle. Dans le cas du cours d’eau Soulanges, les abords du cours d’eau sont fortement érodés et les bandes riveraines ne sont pas suffisamment végétalisées. »

Le deuxième volet de la soirée consiste en un jeu interactif au cours duquel les participants seront appelés à répondre à diverses mises en situation. « Il s’agit d’un questionnaire où les citoyens devront proposer des solutions à différents problèmes observés en lien avec la situation du cours d’eau », indique Mme Vanderlinden.

Les participants sont d’ailleurs invités à apporter leur tablette ou leur téléphone intelligent pour prendre part au jeu, faute de quoi ils pourront répondre au questionnaire dans sa version papier, fournie par l’OBV Yamaska.

Symbiose

L’idée de faire participer les citoyens est de les amener à proposer et à adopter des mesures qui pourront réduire l’érosion des berges de façon efficace en fonction des usages qu’ils font du cours d’eau et des environs, le tout dans le respect de la biodiversité et de la beauté du paysage, affirme Mme Vanderlinden. « On veut les rencontrer pour connaître ces usages pour que les solutions appliquées soient en symbiose avec ceux-ci », dit-elle.

Le tout fait partie du plan de revalorisation du parc de la Halte routière de la Ville de Saint-Césaire, indique le maire Guy Benjamin. « Ce n’est pas un gros projet, mais on prévoit réaménager les berges, affirme-t-il. On avait donné le contrat à l’OBV Yamaska, qui nous a présenté un projet qu’on veut présenter à notre tour aux citoyens. »

Même si la gestion et l’entretien des cours d’eau relèvent généralement de la MRC de Rouville, Saint-Césaire détient un permis pour aménager l’endroit en temps et lieu, précise l’élu.

La plantation d’arbustes ou de plantes vivaces fait partie des solutions envisagées, dit-on.

L’atelier de réflexion se déroulera de 18 h 30 à 20 h 30 le lundi 11 mars à la salle du conseil de l’hôtel de ville de Saint-Césaire. Pour plus d’informations, il est possible de communiquer avec la municipalité au (450) 469-3108, poste 236.