Le personnel du centre médical de Cowansville doit mettre les bouchées doubles en raison de la pénurie d'infirmières qui perdure depuis des mois.

Coupure au Centre médical Cowansville: le CIUSSS corrige le tir

À bout de souffle en raison d'un manque d'infirmières depuis plusieurs mois, l'équipe du centre médical de Cowansville a dû se résoudre à couper le « sans rendez-vous » de soir. Un revirement inattendu du CIUSSS de l'Estrie, lundi, devrait toutefois permettre de rétablir le service d'ici début juillet.
« L'élastique est sur le point de lâcher ». C'est l'image qu'a utilisée Lucie Fontaine, technicienne administrative pour le groupe de médecine de famille (GMF) Cowansville-Lac-Brome, afin de décrire le travail sous tension qu'effectue l'équipe, en pénurie de deux infirmières.
« On bouche les trous partout, mais un moment donné, on n'est plus capables, a-t-elle clamé­. Depuis qu'on parle avec la direction du CIUSSS, on n'est pas entendus. Ça ne peut plus durer, on ne voit pas la lumière au bout du tunnel. »
« Nous devons fermer notre clinique sans rendez-vous le soir dû à une coupure de ressource du CIUSSS. Nous reprendrons le [service] du soir dès que la situation sera réglée avec les dirigeants du CIUSSS. S'il y a une urgence, les patients doivent se présenter à l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins [BMP] », indiquait un mémo affiché sur la porte d'entrée de l'établissement de la rue de la Rivière, lundi.
Selon Mme Fontaine, le problème a commencé en mars. « On a une infirmière qui devait entrer en poste chez nous, a-t-elle expliqué. Mais il y a une dame qu'elle remplaçait à l'hôpital BMP qui a pris sa retraite le 1er avril. Alors, elle n'est jamais entrée. »
Hémorragie
L'hémorragie s'est poursuivie il y a quelques semaines, a-t-elle renchéri. « Sans nous avertir à l'avance, un vendredi, on m'a dit que je perdrais une infirmière qui travaillait avec nous depuis sept ans, soi-disant parce qu'on en avait besoin au CLSC de Sutton. Et nous dans tout ça, on s'organise comment ? Ça a été la goutte de trop », a-t-elle déploré.
Le personnel de la clinique de Cowansville, affilié au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie, a donc mis les bouchées doubles pour atténuer les contrecoups pour les usagers.
« C'est clair que l'on n'a pas eu le choix d'enlever des services. Un moment donné, les filles ne peuvent pas faire 65 heures par semaine. On est fermés le soir, mais on compense en voyant six patients de plus le matin. On n'est pas exceptionnels, mais on fait vraiment attention à notre clientèle. Sincèrement, on a beau sonner l'alarme, il n'y a rien qui bouge. Notre part du contrat, on la remplit, mais pas le CIUSSS. »
Volte-face
Le dossier a cependant pris une tournure inattendue après que La Voix de l'Est ait interpellé le CIUSSS de l'Estrie à ce sujet, lundi, insufflant un vent d'enthousiasme du côté du centre médical.
« C'est magique. Après des mois à chercher une solution, on vient finalement de trouver une infirmière. Celle qu'on attendait depuis mars va finalement arriver le 17 juillet. En faisant quelques compromis à l'interne, on devrait être en mesure de rouvrir le soir à partir du 3 juillet », a fait valoir Mme Fontaine en fin d'après-midi.
Il n'a toutefois pas été possible d'obtenir les commentaires de représentants du CIUSSS ni d'avoir une confirmation de l'entrée en poste prochain d'une infirmière au sein du centre médical.