Les visiteurs ont encore une fois été au rendez-vous cette fin de semaine au parc Miner, au grand plaisir des organisateurs et des artistes présents.

Couleurs urbaines: des artistes choyés

La barre était haute pour la 22e édition de Couleurs urbaines, mais elle a été franchie par les promoteurs de l’événement. La mouture de l’année dernière, qui se tenait pour une première fois au parc Miner après deux décennies à l’ombre de l’église Notre-Dame, avait attiré une foule record. Les visiteurs ont encore une fois été au rendez-vous cette fin de semaine, au grand plaisir des organisateurs et des artistes présents.

Si la chaleur du début de l’après-midi, samedi, avait fait diminuer l’achalandage sur le site, les visiteurs étaient toujours nombreux lors du passage de La Voix de l’Est.

« Nous sommes vraiment satisfaits jusqu’à présent. Hier [vendredi], nous avions davantage de gens sur le site que le vendredi de l’édition passée », a rappelé la coordonnatrice de Vie culturelle et communautaire de Granby (VCCG), Sara Marcil-Morin.

De nombreuses personnes, amateurs d’art et artistes, sont familières de l’événement.

« Moi j’en suis rendu à ma cinquième participation. Chaque été, je fais plusieurs symposiums et avec le temps j’ai appris à revenir à ceux qui me plaisaient le plus. J’aime l’ambiance dans le parc et le fait que l’événement est achalandé », précise Diane Martin, de Dolbeau-Mistassini.

L’artiste qui se spécialise dans l’art abstrait tenait à souligner le dynamisme des organisateurs de l’événement. « On sent que ce sont des jeunes qui font beaucoup d’efforts. Le virage vert qu’ils ont effectué avec des verres et des assiettes est remarquable », ajoute-t-elle.

Comme Mme Martin, MariClair se sent soutenue pour le symposium. « C’est agréable de constater qu’ils se soucient de nous. Hier [vendredi] soir à la fin de la journée, Jean-Olivier Grégoire-Fillion [coordonnateur chez VCCG] est venu nous saluer. Ce n’est pas partout comme cela », confie Marie-Claire Plante de son vrai nom, qui terminait d’emballer une première toile vendue.

Un peu plus loin, c’est également la réputation de l’événement qui avait attiré Félixanne Harvey, artiste basée à Alma.

« Les gens sont vraiment accueillants, c’est une superbe occasion de me faire connaître ici ! »

Portes ouvertes du GAM

Comme c’est le cas depuis quatre ans, le Groupe d’artistes multidisciplinaire (GAM) profite du week-end pour faire connaître leurs projets au cœur du centre culturel France-Arbour.

« On constate qu’il y a encore beaucoup de gens qui ignorent qu’ils peuvent entrer simplement pour nous rencontrer et voir notre travail », observe Marie-Ève Roy des Mollets frisquets.

Question de faire découvrir la variété du travail effectué dans les locaux du centre, les artistes ont mis sur pied une activité interactive invitant les gens à parcourir le troisième étage.

« Nous distribuons des fiches aux visiteurs avec une partie d’une œuvre qu’ils pourront retrouver au troisième étage. Ils peuvent compléter la feuille en identifiant correctement d’où provient la partie de l’œuvre et nous rapporter la fiche pour le tirage », ajoute l’aquarelliste Sophie Rozenn Boucher.

Les participants courent la chance de gagner des paniers cadeaux représentant le travail réalisé par les artistes du GAM.

Encore une fois cette année, le symposium a charmé les participants jusqu’à la toute fin de l’événement.

« Le dimanche continue d’être notre journée la plus achalandée. Souvent les gens passent durant le week-end pour faire du repérage et reviennent pour magasiner le dimanche. C’est une bonne journée pour les artistes », observe le coordonnateur à la vie communautaire chez VCCG, Jean-Olivier Grégoire-Fillion.

Comme ce dernier le remarque, il s’agit probablement de l’événement qui réunit le mieux les deux branches de VCCG, soit la vie culturelle et la vie communautaire. « C’est une belle vitrine pour les artistes, mais c’est aussi une façon de rendre l’art accessible au grand public », ajoute Jean-Olivier Grégoire-Fillion.

La journée a été clôturée par la remise de prix aux artistes participants. Josée Tellier, basée à Belœil a reçu le prix du public, Édith Rémy de Longueuil, a été récompensée du prix du comité et Félixanne Harvey d’Alma, du prix du maire.