Le 29 avril 2014, vers 13 h, un cadavre mutilé avait été retrouvé à la surface d'un amoncellement de terre au cimetière catholique de Granby.

Corps retrouvé au cimetière de Granby: l'identité toujours inconnue

Malgré plusieurs expertises accomplies par le coroner Louis Normandin, il a été impossible de déterminer l'identité de l'homme dont le cadavre a été retrouvé au cimetière catholique de Granby en 2014.
«À défaut d'identifier l'homme en question malgré les expertises sollicitées, on ne pourra établir précisément les circonstances (dans lesquelles il s'est retrouvé là). Il n'en demeure pas moins qu'une exhumation accidentelle s'est produite. [...] Distraction, inattention, obscurité, surcharge de travail pourraient être évoquées pour expliquer l'événement», écrit le coroner dans son rapport publié lundi. 
Le 29 avril 2014, vers 13 h, le Service de police de Granby a reçu un appel d'un employé du cimetière Mgr Pelletier, situé à l'angle des rues Bourget et Dufferin, l'informant qu'un cadavre mutilé avait été découvert à la surface d'un amoncellement de terre. Il était partiellement enseveli sous un tas de débris de roche et de terre dans un ravin situé près du garage abritant la machinerie du cimetière. Il s'agissait de l'excès de terre accumulée et transportée sur place à la suite de creusages de fosses.
L'examen physique du corps a révélé des traces de pendaison et des stigmates d'embaumement. Il a également permis de déterminer que la mutilation était survenue post-mortem. «Dans le contexte, des analyses toxicologiques étaient impossibles», précise Louis Normandin. 
Quatre expertises d'identification à partir de l'ADN ont été réalisées parmi les parents et enfants de quatre hommes de plus de trente ans décédés par pendaison et inhumés au cimetière de Granby au cours des dix dernières années. «Aucun de ces tests n'a permis d'associer l'inconnu exhumé à une de ces personnes, indique Louis Normandin. [...] Par leur volume, les fragments déterrés dans ce cas-ci sont inhabituels. Il arrive parfois, en effet, que de petits fragments soient déterrés pendant un creusage et alors remis en terre sur-le-champ.»
«Pour tenter d'établir l'identité de l'inconnu, nous nous sommes concentrés à établir les activités de creusage et d'inhumation réalisées au cimetière de Granby entre l'automne 2013 et le 29 avril 2014, présumant qu'en tenant compte de l'état de conservation du corps, il était improbable qu'il soit resté exposé à la surface des tas de terre pendant les chaleurs de l'été ou qu'il puisse passer inaperçu», ajoute le coroner. 
La nature particulière de l'événement a fait l'objet de discussions avec les responsables du cimetière. «Les fossoyeurs ont été informés de la nécessité de redoubler d'attention à chaque instant», conclut M. Normandin. 
L'enquête menée par la Sûreté du Québec avait permis d'exclure tout acte criminel.