La candidate à la mairie de Cowansville, Corinne Labbé, somme le maire sortant Arthur Fauteux de se rétracter publiquement à la suite des propos tenus à son endroit.
La candidate à la mairie de Cowansville, Corinne Labbé, somme le maire sortant Arthur Fauteux de se rétracter publiquement à la suite des propos tenus à son endroit.

Corinne Labbé menace Arthur Fauteux de poursuite

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est
Corinne Labbé­ entamera des poursuites judiciaires contre le maire de Cowansville­ Arthur Fauteux s’il ne retire pas publiquement ses propos à son endroit, qu’elle considère comme diffamatoires. Il dispose­ de 24 heures pour s’exécuter.

Plongeant dans la campagne électorale en cours, M. Fauteux a dénigré vendredi le travail de la conseillère sortante lors d’une rencontre médiatique, affirmant qu’elle donnait sciemment de la fausse information aux citoyens dans le but de les leurrer afin qu’ils l’appuient au poste de maire. Il lui a reproché une multitude de choses — notamment, d’avoir facturé la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi pour des heures non travaillées.

Mme Labbé a d’abord rejeté les commentaires et les insinuations de M. Fauteux la semaine dernière, disant ne pas vouloir les commenter, mais elle s’est ravisée au cours du week-end. « C’est très sérieux ce qu’il a dit. Et complètement faux. On ne peut pas dénigrer les gens comme ça. Ce n’est pas acceptable de faire de la politique comme ça. Qu’il le fasse à la veille des élections, qu’il fasse ça aux citoyens de Cowansville... Franchement. »

La candidate à la mairie soutient qu’elle ne peut laisser passer de telles attaques. « Ses propos ont un caractère à la fois pathétique, malveillant et diffamatoire », dit-elle.

Questionnée à nouveau sur sa rémunération à la Régie, alors qu’elle occupait le poste de vice-présidente du conseil d’administration, Mme Labbé s’est défendue d’avoir reçu des montants d’argent en trop. Elle a souligné avec insistance que la direction générale de la Régie s’assurait que les règles soient respectées. Aussi, a-t-elle indiqué en point de presse mardi en matinée, les états financiers de l’organisme de 2016 ont été étudiés par une firme professionnelle pour s’assurer de leur véracité.

Tournure particulière

Toute cette affaire risque de prendre une tournure particulière dans l’éventualité où Mme Labbé­ remporterait les élections le 5 novembre. La Ville pourrait devoir assumer les frais d’avocats de M. Fauteux si la mairesse décide de le poursuivre. Il a en effet tenu ses propos alors qu’il était toujours maire.

Devant une telle éventualité, Mme Labbé a indiqué qu’elle se retirerait de la table lorsque le conseil aurait à débattre de la question des frais judiciaires de l’ex-maire.

Le maire sortant de Cowansville, Arthur Fauteux

Arthur Fauteux : « Je ne reculerai pas » 

« C’est classique, ça, la menace d’une poursuite », a affirmé Arthur Fauteux. « Je ne sais pas si c’est du bluff, mais je ne reculerai pas. Non. J’ai dit ce que j’ai dit. »

Le maire Fauteux, qui ne se représente pas, maintient toutes ses déclarations sur Mme Labbé. « Je vous ai déposé des documents qui sont sans équivoque. Elle a menti sur la dette, sur notre capacité de la rembourser. Elle est prise avec ça », a-t-il indiqué.

Sur les insinuations que Mme Labbé a perçu de l’argent de la Régie sans y avoir droit, M. Fauteux en a ajouté une couche. Selon lui, elle a facturé six journées en trop pour des rencontres de comité et s’est fait payer des heures supplémentaires non travaillées. « C’est gênant », a-t-il dit.

M. Fauteux dit avoir fait sa sortie parce qu’il considère que les promesses électorales de la candidate sont méprisantes pour ses collègues conseillers. « Elle annonce des choses qu’on fait déjà ou qu’on va faire bientôt. On a déjà une politique de dépenses et de gestion de la dette. On va faire bientôt des travaux pour le lac Davignon. Il faut avoir de l’imagination pour dire qu’elle fera ce qu’on fait déjà », a-t-il dit.