C’est un appel à la solidarité du milieu des affaires envers <em>La Voix de l’Est</em>, un «outil régional de très grande valeur» à ses yeux, qu’a lancé Mario Gariépy, lundi midi.
C’est un appel à la solidarité du milieu des affaires envers <em>La Voix de l’Est</em>, un «outil régional de très grande valeur» à ses yeux, qu’a lancé Mario Gariépy, lundi midi.

Coopérative de solidarité La Voix de l'Est: un appel lancé à la communauté des affaires

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
C’est un appel à la solidarité du milieu des affaires envers La Voix de l’Est qu’a lancé Mario Gariépy, lundi midi, en guise d’introduction à la conférence du ministre Pierre Fitzgibbon, l’un des premiers à avoir encouragé la relance des journaux de Groupe Capitales Médias sous la forme de coopératives.

Le président du conseil d’administration de la coopérative de solidarité La Voix de l’Est, qui a pris les rênes du quotidien de la rue Dufferin en début d’année, est convaincu que cet important changement de gouverne permettra d’assurer la pérennité du journal, un «outil régional de très grande valeur» à ses yeux. «Une coopérative, oui, ça change le monde. C’est une structure formidable», a-t-il déclaré, ne manquant pas de souligner «l’ambiance formidable» qui règne dans l’entreprise depuis sa relance.

D’ailleurs, a-t-il annoncé, la coopérative a pour objectif de renouer avec la rentabilité «dès cette année».

M. Gariépy n’a pas passé sous silence l’appui du ministre Fitzgibbon, l’un des premiers à soutenir la relance des quotidiens lors la faillite du groupe de presse. «Beaucoup de gens ont travaillé sur l’offre d’achat des coopératives, mais M. le ministre a porté le dossier sur ses épaules. Merci, merci profondément!»

Objectif de 500 000$

Le soutien de la communauté est un facteur essentiel pour la réussite du projet, a réitéré M. Gariépy, relevant au passage que la réponse des élus de tous les niveaux politiques avait été extraordinaire.

Chaque quotidien doit amasser au moins un demi-million de dollars dans son milieu, a rappelé le président, annonçant que cet objectif était en voie d’être atteint à Granby si la population est toujours au rendez-vous. Une somme financée notamment par la cotisation salariale de 5% des employés de la coopérative, de dons de particuliers et des syndicats, mais aussi de la participation de la communauté des affaires, toujours bienvenue à faire sa part.