Le contrôle est resserré à la plage Douglass, à Lac-Brome.
Le contrôle est resserré à la plage Douglass, à Lac-Brome.

Contrôles resserrés à la plage Douglass

Devant la recrudescence de la popularité de sa plage publique, la Ville de Lac-Brome resserre les règles autour de la plage Douglass. Dorénavant, des barrières temporaires bordent le site et la piste cyclable pour limiter l’accès à la plage et un nombre maximal de personnes sera admis.

Lors de l’ouverture de la plage, début juin, le site était accessible seulement aux résidents qui présentaient une preuve de résidence. Il y a alors eu des débordements, selon le maire Richard Burcombe.

«On avait 70 véhicules qui ont bloqué la rue Conférence, relate-t-il. Ensuite, on a ouvert le stationnement, on a mis des pancartes interdisant de stationner sur la rue Conférence. Des dizaines de véhicules étaient stationnées sur Lakeside face à la plage en fin de semaine passée. La Sûreté du Québec était là et les policiers ont donné 49 constats d’infraction. Les gens font n’importe quoi pour aller aux plages. Il faut mettre ces nouvelles mesures en place pour essayer d’éviter qu’il y ait trop de monde et on ne veut pas pénaliser nos résidents.»

De retour, la tarification de 10 $ pour les non-résidents et 6 $ pour une entrée après 15 h sera perçue par un préposé en attendant l’achat et l’installation d’une borne de perception. Une portion du stationnement de la plage sera réservée aux résidents de Lac-Brome.

«Le préposé va toujours garder un nombre de places pour les résidents. On a mis une clôture temporaire le long du sentier qui longe la place. Comme ça, on peut limiter le nombre de personnes qui est là. En espérant que ça va marcher.»

De l’espace

Le sauveteur communiquera avec le préposé et avec les gardiens de sécurités de la firme privée MRC Sécurité, engagée par la Ville, pour fermer le stationnement avant que la distanciation physique ne puisse plus être respectée.

Les agents de sécurité ont par ailleurs obtenu le mandat de la Ville de donner des constats d’infraction pour le stationnement et l’application du règlement de nuisances, au besoin.

«C’est une solution qu’on a trouvée, mais on verra, laisse tomber le maire. En fin de semaine, ils annoncent de la pluie, alors je ne suis pas certain que ce sera une bonne période pour voir comment ça se passe.»

Les jours de beau temps permettront de déterminer s’il s’agit de la formule gagnante. En temps normal, 85 % des utilisateurs de la plage sont des non-résidents. La ville cherche par ailleurs d’autres préposés au stationnement pour épauler celui déjà en place.