Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Billie-Anne Leduc
Tous les jours, Marthe avait reçu des dessins et des bricolages des petits voisins, Charlot et Lili.
Tous les jours, Marthe avait reçu des dessins et des bricolages des petits voisins, Charlot et Lili.

Conte de Noël: le cadeau de David

Article réservé aux abonnés
Chaque année, La Voix de l’Est a comme tradition de publier un conte de Noël. Ce travail se veut un collectif de plusieurs journalistes de la salle de rédaction. Découvrez où vous transportent Marie-Ève Martel, Cynthia Laflamme et Billie-Anne Leduc pour 2020. (Troisième et dernière partie)

Le lendemain matin, à la veille de Noël, Marthe se réveilla à 8h. Elle enfila ses chaussettes rouges, et passa un peignoir sur son pyjama de flanelle.

Tous les jours, ces deux dernières semaines, elle avait reçu des dessins et des bricolages des petits voisins, Charlot et Lili. Père Noël en ouates, arc-en-ciel aux couleurs éclatantes, origami en forme de renard... Ils avaient même écrit une petite histoire qu’ils avaient imaginée, en lui dessinant les personnages.

Marthe était ravie.

Même leur mère, Geneviève, était venue porter du sucre à la crème fait maison sur le pas de sa porte, hier après-midi. Marthe s’était laissée tenter et en avait grignoté quelques-uns avant le souper, devant un épisode de La Petite Vie.

Marthe se rendit à la cuisine pour se faire un thé à la menthe. En passant devant la porte du réfrigérateur, son coeur se gonfla.

Épinglés tels des trophées, les oeuvres de Charlot et de Lili trônaient au milieu de cartes postales et de photographies de Marthe et de son mari Jacques, prises lors de leurs nombreux voyages en amoureux. Floride, Belgique, Costa Rica. Ils en avaient vécu des aventures en quarante ans de mariage.

Comme ils s’étaient aimés!

Marthe se souvint d’un souper particulièrement arrosé qui avait fini en une baignade nocturne à la plage de Cancún, en 1984. Une fois, elle et son « loup », comme elle aimait l’appeler, s’étaient introduits dans un mariage, en Italie, et avaient assisté à la cérémonie sans y être invités.

Tous les deux adoraient les fêtes. Noël, Pâques, Saint-Valentin, Jacques et Marthe se faisaient un devoir de décorer la maison aux couleurs des festivités du jour.

Mais cette année, Marthe n’avait pas le cœur à la fête et n’avait posé aucune lumière. Depuis le décès de son mari, en janvier dernier, elle errait dans la maison comme un fantôme.

Confortablement assise devant le téléviseur, Marthe sirotait son thé à la menthe, et un morceau de sucre à la crème, quand un coup de sonnette la fit sursauter.

David mit le point final au dernier rapport budgétaire pour l’année qui se terminait. Et quelle année... Heureusement, elle sera bientôt dernière nous, se dit-il. Penché sur son clavier, le fils de Marthe poussa un long soupir. Oui, cette année avait été difficile. Plusieurs personnes avaient perdu leur emploi. Fred, son meilleur ami, avait été mis à pied de sa compagnie. David lui avait cuisiné un repas par semaine, pendant deux mois, pour l’aider un peu.

Pour David, l’année n’avait pas été si différente des précédentes. N’ayant que peu d’amis, il passait déjà, en 2019, toutes ses soirées seul.

Sa dernière journée de travail étant terminée avant les vacances des Fêtes, David se leva, puis alla s’ouvrir une bière. Enfin, il pourra passer une semaine en pyjama, et jouer à Minecraft.

David n’a jamais aimé Noël. Les embrassades, les questions lancées par politesse, mais qui n’intéressent pas l’interlocuteur, les cadeaux inutiles, le papier gaspillé... Non, lui préfèrait le calme, l’ordre et la solitude.

Alors qu’il s’installait devant sa console, on sonna à la porte. Qui cela pouvait-il bien être? Je n’attends personne, pensa-t-il.

Ce qu’il trouva par terre, sur le porche, l’intrigua au plus haut point.

Marthe n’en croyait pas ses yeux. C’était bien David, son cher fils, qui se tenait devant elle, bien habillé, masqué, un cadeau à la main.

– Mais... que fais-tu ici?!

– J’ai décidé de venir passer un peu de temps avec toi pour les Fêtes, comme nous sommes deux personnes seules. Tu n’as pas encore décoré? Je vais t’aider.

Marthe était folle de joie. Son bébé était venu la voir, enfin! Il fallait bien une crise mondiale pour qu’il se décide...

David déposa son sac sur le plancher. De la poche latérale, s’échappaient une lettre et un dessin d’enfant, signés «Charlot».