Un inventaire des milieux humides et naturels riches en biodiversité sera inclus dans le plan de conservation de la Ville de Granby.

Conservation des milieux humides et naturels: le dépôt du plan retardé

Le plan de conservation des milieux humides et naturels de la Ville de Granby nécessite plus de travail que prévu. Attendue avant les Fêtes, la première ébauche du plan ne sera finalement présentée aux membres du conseil municipal de Granby qu’à la fin du printemps.

«On a sous-estimé le temps que ça nous prendrait», reconnaît Gabriel Bruneau, directeur du service de la planification et de la gestion du territoire de la Ville. «Il y a beaucoup d’éléments à considérer pour prévoir un plan de conservation, beaucoup de choses à fouiller et à vérifier. On essaie de ne rien oublier pour pouvoir présenter un rapport complet aux élus», explique-t-il.

Le comité regroupe des fonctionnaires des services de l’urbanisme, de l’environnement, de l’ingénierie et du greffe. «On a une équipe multidisciplinaire pour être certain de ne rien oublier. Un plan de conservation peut être assez complexe et les propositions qu’on fait, les idées qu’on propose doivent toutes être analysées. On s’inspire de ce qui se fait ailleurs au Québec, au Canada, aux États-Unis et même en Europe», a indiqué M. Bruneau jeudi en entrevue.

Plusieurs idées sur lesquelles le plan pourrait être construit ont été considérées, a dit M. Bruneau. Une grande partie du travail consiste à s’interroger sur les impacts qu’elles pourraient susciter, a-t-il précisé. «Il y a vraiment de belles choses qui se font un peu partout en terme de conservation. Mais on doit se demander si c’est possible de les amener chez nous, si on va créer des impacts. On ne veut pas adopter une mesure et se rendre compte après qu’on ne peut pas l’appliquer. Il faut être conscient de tout ça et réfléchir à toutes les possibilités.»

Le plan de conservation recensera l’ensemble des milieux humides et naturels qui devraient faire l’objet d’une forme de protection. Les milieux renfermant une grande richesse en biodiversité et ceux abritant des espèces animales et florales à statut particulier, entre autres choses menacées ou en voie de disparition, seront également identifiés. Le plan comprendra les moyens pour protéger ces milieux, indique M. Bruneau.

Solide inventaire

La Ville de Granby possède beaucoup de données sur les milieux humides et naturels sur son territoire. Elles sont le fruit du travail d’organismes voués à la protection de l’environnement, notamment la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska, Corridor appalachien et Canards illimités, n’a pas manqué de rappeler le grand responsable de la planification.

Les employés de la municipalité affectés au service de l’urbanisme et de l’environnement ont aussi contribué aux informations grâce à leurs visites sur le terrain. «On a une très bonne connaissance de notre territoire. On va devoir pour certains milieux peaufiner ce qu’on sait, en donnant des mandats à des biologistes pour bien se documenter», a dit M. Bruneau.

Le rapport préliminaire permettra aux élus de se familiariser avec les données recueillies et d’étudier les recommandations proposées pour conserver les milieux humides et naturels identifiés. Les recommandations porteront sur les règlements d’urbanisme de la Ville, sur les obligations des promoteurs immobiliers et autres relativement aux milieux humides et naturels ainsi que sur les outils pour protéger les milieux ciblés.

Les élus devront par la suite adopter le plan de conservation, a dit M. Bruneau. D’ici à ce que le plan soit en vigueur, tous les projets qui pourraient altérer des milieux humides ou naturels seront analysés dans une perspective d’assurer leur protection, a assuré M. Bruneau. «Le conseil et toute l’organisation sont sensibles à ces questions.»