Eva Ottawa était la première femme autochtone de l'histoire du Québec à diriger un organisme consultatif relevant du gouvernement, soit le Conseil du statut de la femme.

Conseil du statut de la femme: Eva Ottawa quitte la présidence

Eva Ottawa, ex-grande chef de la nation atikamekw, démissionne de la présidence du Conseil du statut de la femme après quelques mois en poste, a indiqué le gouvernement, mardi.
Karl Sasseville, attaché de presse de la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, a simplement évoqué des «raisons personnelles», disant laisser le soin à Mme Ottawa d'en dire plus si elle le souhaitait. Il a été impossible dans l'immédiat de rejoindre Mme Ottawa.
L'ex-grande chef de la nation atikamekw a remis sa lettre de démission à la ministre «tout récemment, hier ou avant-hier», a dit M. Sasseville. Elle avait été nommée en septembre pour un mandat de cinq ans.
La ministre a exprimé par communiqué le souhait que «Mme Ottawa puisse mettre à profit ses qualités et son expérience dans la réalisation d'autres mandats».
Mme Thériault avait souligné en septembre que Mme Ottawa devenait la «première femme autochtone de l'histoire du Québec à diriger un organisme consultatif relevant du gouvernement».
Apprendre dans un communiqué
Une porte-parole du Conseil du statut de la femme a indiqué que l'organisme avait appris la nouvelle dans un communiqué de presse publié mardi et faisant état de nominations du conseil des ministres. L'organisme n'avait pas encore pu s'entretenir avec Mme Ottawa.
«Le Conseil du statut de la femme vient d'apprendre la démission de Mme Ottawa et la nomination de Mme Cordeau. Son rôle est de soutenir la présidente sortante et la nouvelle présidente et d'assurer une transition la plus efficace possible dans les circonstances», a indiqué Liliane Côté, conseillère stratégique au Conseil du statut de la femme.
Le conseil des ministres a procédé à la nomination de Louise Cordeau comme nouvelle présidente. L'avocate, gestionnaire et communicatrice, qui était jusqu'à tout récemment éditrice et chef de la direction du «Journal de Québec», doit entrer en fonction le 6 février.
Le communiqué du conseil des ministres rappelle que Me Cordeau a été membre du conseil d'administration du Y des femmes de Québec (YWCA Québec), du Comité sur les femmes dans la profession du Barreau du Québec et de l'Association des femmes entrepreneures du Québec, «autant d'engagements qui témoignent de son dévouement de longue date à l'avancement de la cause des femmes».