La Ville de Granby a dû se résoudre à annuler deux appels d’offres, car les soumissions déposées présentaient des coûts qui ont été jugés trop élevés par les élus.
La Ville de Granby a dû se résoudre à annuler deux appels d’offres, car les soumissions déposées présentaient des coûts qui ont été jugés trop élevés par les élus.

Conseil de Granby: deux appels d’offres annulés

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
La Ville de Granby a annulé non pas un, mais deux appels d’offres, lors de la dernière séance du conseil municipal. Raison invoquée : les coûts des soumissions déposées ont été jugés trop élevés.

« Les coûts explosent de partout dans les appels d’offres [...]. On a des surprises », a réagi le maire suppléant, Robert Riel, au terme de la séance.

L’un des appels d’offres visait la fabrication et l’installation d’arrêts de glace et de gouttières au centre Notre-Dame. Deux soumissions ont été déposées, mais, à 175 923 $, celle de Couvreur Verdun, le plus bas soumissionnaire conforme, présentait des coûts plus élevés que l’estimé budgétaire du contrat, de 105 000 $.

Les coûts déposés par les deux soumissionnaires présentaient par ailleurs un écart important. L’autre offre, d’Élite Construction RS, prévoyait des coûts de 266 742 $, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie.

Dans les circonstances, il a été résolu de lancer un nouvel appel d’offres au printemps 2020, afin que les travaux soient réalisés en été plutôt qu’en période hivernale.

« On fait toujours une analyse. Des fois, on décide d’aller de l’avant pour différentes considérations. Mais dans ce cas-ci, on a décidé de retourner en appel d’offres pour changer la période de réalisation des travaux. On pense que ça va faire en sorte de ramener les coûts à la baisse », a fait valoir lundi soir le directeur général adjoint de la Ville, Gabriel Bruneau.

À l’étude

Le scénario est similaire pour l’appel d’offres qui vise la construction d’un abri pour l’entreposage des camions dans la cour arrière du garage municipal, rue Édouard.

Pas moins de 11 entreprises se sont procuré les documents de l’appel d’offres. Mais une seule d’entre elles, Les Constructions Binet de Saint-Benoît-Labre, en Beauce, a déposé une soumission.


« Les coûts explosent de partout dans les appels d’offres »
Robert Riel, maire suppléant

À 975 000 $, celle-ci présentait toutefois des coûts pratiquement deux fois plus élevés que l’estimé budgétaire de 500 000 $, selon la documentation remise aux élus.

« Il va falloir revoir le projet et regarder de nouveau notre document d’appel d’offres pour voir ce qui fait en sorte que les coûts sont sortis si haut », souligne Gabriel Bruneau.

La construction de cet abri est souhaitée pour permettre de pallier une problématique d’espace au garage municipal.

Il est notamment projeté que les camions de déneigement, entreposés dans le garage chauffé, y soient rangés. Cela permettra, dans la foulée, de récupérer de l’espace à l’intérieur du garage, avait fait valoir en mai dernier le directeur du service des travaux publics, François Méthot-Borduas.

« On essaie d’agrandir de l’intérieur. Ça fait plus de 30 ans qu’il n’y a pas eu de rénovations majeures au garage municipal. Et, avec la croissance de la ville, de la superficie à entretenir et du nombre d’employés, on est rendu à l’étroit. On essaie d’être innovants et de construire quelque chose de nouveau à partir de ce qu’on a », avait-il affirmé.

Prévue initialement à l’automne 2019, la réalisation de ce projet devra être remise à plus tard, convient le directeur général adjoint de la Ville.