Lise Maurice prend plaisir à faire traverser entre 30 et 40 enfants chaque matin sur la nouvelle configuration des rues Saint-Hubert et Mont-Royal.

Configuration de l’intersection Saint-Hubert/Mont-Royal: une brigadière satisfaite

Lorsque Saint-Césaire a décidé d’abolir le service de brigadier scolaire pour des raisons de sécurité, Lise Maurice a tenu à répliquer avec une bonne nouvelle en soulignant le réaménagement piétonnier et cyclable réussi devant l’école Joseph-Poitevin, à Granby, qui augmente grandement la sécurité des enfants. Une agréable surprise pour elle.

Mme Maurice entamait, la semaine dernière, sa troisième année à titre de brigadière au coin des rues Saint-Hubert et Mont-Royal. Quel ne fut pas son étonnement de voir son intersection complètement revue et corrigée !

Elle raconte en entrevue qu’il n’y avait auparavant aucun trottoir, tant sur Saint-Hubert que Mont-Royal. Cette lacune a été corrigée et une piste cyclable, dont une partie s’illumine la nuit, a été ajoutée.

Elle savait que le secteur faisait l’objet de travaux, mais n’avait aucune idée des plans.

« Quand j’ai vu ça, à la rentrée, ça m’a enlevé un poids, confie celle qui prend sous son aile la sécurité de dizaines d’enfants, mais aussi d’adultes. La sécurité piétonnière a doublé. Quand il y avait beaucoup de neige, les enfants passaient dans la rue à côté des voitures stationnées. »

Les côtes pouvaient devenir également très glissantes en hiver pour les piétons. « L’hiver avec la glace, les enfants tombaient et les autos passaient à ça », montre Mme Maurice en rapprochant ses mains à une vingtaine de centimètres. Je ne pouvais pas les aider parce que je m’occupais aussi des traverses. »

Sans oublier les voitures qui roulaient rapidement, la largeur de la rue aidant, et ne s’arrêtaient pas toujours. Depuis le réaménagement effectué par la ville, la rue Saint-Hubert est beaucoup moins large, ce qui a pour effet de réduire la vitesse des automobilistes et augmenter la vigilance.

Elle s’extasie devant les enfants qui repartent tranquillement sur les trottoirs et la piste cyclable, heureuse de les savoir plus en sécurité.

Des utilisateurs heureux

Les parents comme les enfants sont également heureux des changements apportés. « Je n’étais pas à l’aise de le laisser partir tout seul, surtout à vélo et à pied sur Saint-Hubert, confie Stéphanie, qui a un fils de 7 ans. On faisait les petites rues autour pour s’en venir en vélo ou à pied. On va voir cet hiver ce que ça va donner ! »

Geneviève ne venait pas chercher les enfants à l’école l’an passé, mais elle remarque tout de même une grande amélioration. « Même s’il y avait une ligne blanche par terre [NDLR : pour délimiter une bande piétonnière ou cyclable], il n’y avait pas de place pour passer, les autos ne respectaient pas l’espace », indique-t-elle en pointant la rue Mont-Royal, où les parents se stationnent pour venir chercher leur progéniture.

Son fils, Benjamin, remarque notamment l’espace pour le vélo, lui qui aime bien utiliser ce mode de transport pour se rendre à l’école.

« C’est plus beau, plus sécuritaire, mieux placé, observe pour sa part la jeune Dalie. Il y a plein d’espace pour marcher. »

Même constat pour Ariane, qui entame sa dernière année au primaire. « Depuis qu’il y a les trottoirs, je trouve ça plus facile de traverser. Et je trouve que l’environnement est mieux. En voyant ça, j’ai trouvé ça vraiment beau et qu’il y avait une bonne différence. »

Entre 30 et 40 enfants traversent à cet endroit chaque jour d’école, et ce, grâce à la brigadière Lise Maurice.