«Mon mari a dit: il n'est pas correct ce gars-là. Mais on s'est dit qu'on lui donnerait une chance. Mon Dieu qu'on a regretté d'avoir fait ça» , laisse tomber Thérèse Grenon, la mère de la victime, Marie-Élyse Tremblay.

Condamné pour meurtre : l'accusé quitte le box en souriant

C'est le sourire aux lèvres que Simon Charbonneau a quitté la salle d'audience du palais de justice, hier, en direction du pénitencier.
Trapu, les cheveux très courts et portant un survêtement de sport, l'homme au passé judiciaire fourni a pourtant récolté 11 ans de prison pour le meurtre de sa conjointe Marie-Élyse Tremblay. D'abord accusé de meurtre non prémédité, il a plaidé coupable à l'accusation réduite d'homicide involontaire, coupant court à son procès qui s'amorçait. Il s'agit d'une entente entre la Couronne et la défense.
«Il est soulagé, c'est un stress incroyable qui tombe, autant pour lui que pour la famille de la victime, a expliqué son avocat, Me Martin Latour. On se réjouit que tout le monde puisse passer à autre chose.»
Sa victime avait été étranglée dans un modeste immeuble à logements de Roxton Pond, le 28 février 2011. Elle était âgée de 25 ans.
Tous les détails dans notre édition de jeudi