La petite Rose (3 ans), et sa soeur Anne (6 ans), s'en donnaient à coeur joie, hier, dans la glissade du fort aménagé spécialement pour la semaine de relâche au bas des pistes de Ski Bromont.

Comment conjuguer avec la «pause qui s'impose»?

Ce matin, des parents ont commencé à être envahis par le stress. Pour eux, la semaine de relâche scolaire qui bat son plein prend davantage des allures de course à relais en raison d'un horaire incongru. Pour d'autres, il s'agit d'une belle façon de décrocher du quotidien en famille. Plusieurs entreprises récréotouristiques voient donc cette clientèle comme une véritable manne. La Voix de l'Est a donc pris le pouls de ceux qui doivent conjuguer avec cette «pause qui s'impose».
Plusieurs familles avaient déjà pris d'assaut le centre intérieur d'amusement familial Grimpe et Partou, hier, et comptaient bien revenir à quelques reprises au cours des prochains jours. C'est le cas d'une résidante de Laval, qui était de passage à Granby avec son fils de sept ans, sa fille de trois ans et sa propre mère, pour profiter des installations. Le but: reprendre son souffle avant de passer le flambeau à son conjoint.
«Pour les activités, ça va. Il y a du choix. Nous sommes ici principalement pour le Zoo de Granby et pour faire quelques autres activités dans le coin. Le problème, c'est que je ne peux pas prendre de semaine de vacances en même temps qu'eux. La mamie va s'en occuper durant deux jours. Puis, ce sera mon conjoint qui va continuer. C'est un casse-tête, mais on s'organise comme on peut!», lance-t-elle.
Courant avec une foule d'autres enfants dans les colorés modules de jeu, le petit Jaden, cinq ans, flottait pour sa part sur un nuage. Ses parents, Stéphanie Thibault et Billy Agueh, semblaient très détendus. «Le choix est un peu restreint pour les activités à Granby, alors nous allons aller à Montréal et à Québec durant la semaine de relâche. Nous allons glisser et nous pourrons visiter quelques endroits en même temps. On a quelques idées, mais nous irons au jour le jour», indique le père du jeune garçon.
Tous les détails dans notre édition de lundi