Il s'agit ici d'une posture «fermée-intimidante». Elle n'incite pas au contact, mais elle est nécessaire dans les circonstances.

Comment composer avec un chien: une formation pour les pompiers

Comment gagner la confiance d'un chien lorsqu'il est temps de le sortir d'une maison en flammes? Quelle est la bonne attitude à adopter par un préventionniste qui visite une maison abritant le meilleur ami de l'homme? Ce sont des questions auxquelles tentera de répondre Carl Girard, de la SPA des Cantons, dans sa première formation donnée à des pompiers de Cowansville.
Il s'agit ici d'une posture «fermée-intimidante». Elle n'incite pas au contact, mais elle est nécessaire dans les circonstances.
L'initiative provient de Michel Ouellette-, capitaine à la prévention du service des incendies de Cowansville-, qui a approché M. Girard pour qu'une telle formation leur soit offerte le 28 février. 
«J'ai vraiment fait une formation en fonction de leur réalité de terrain, explique le directeur de la SPA des Cantons. Quand ils sont sur une urgence incendie, ils n'ont pas le temps de se mettre à quatre pattes pour attirer le chien.»
Dans un premier temps, il sera question des interventions d'urgence avec les équipements de protection et de travail du pompier. Une personne portant son uniforme de sapeur avec un masque au visage qui voile les yeux et un casque sur la tête est plus imposante qu'un pompier qui fait une visite de courtoisie, par exemple.
Le langage de l'intervention et la posture en fonction de leurs équipements seront notamment abordés. Quand les pompiers entrent dans la maison pour intervenir, «c'est une agression directe pour le chien. Tu es chez eux. Ils cherchent beaucoup le contact avec les yeux et s'ils ne voient pas les yeux à cause du masque, ils peuvent flipper. C'est pour ça que j'ai adapté les postures avec les équipements. J'ai 44 diapositives», explique Carl Girard.
Il s'agit de photos qu'il a trouvées sur le Web ou qu'il a prises avec le lieutenant Christian Lacroix comme modèle pour démontrer les bonnes postures à adopter. 
Les mêmes conseils seront donnés pour les pompiers qui visitent des maisons et des appartements dans le cadre d'un exercice de prévention. Lorsqu'un chien se trouve sur place, certaines approches sont à éviter.
«En y allant de côté, t'es beaucoup plus neutre, moins menaçant, explique le formateur. Il ne faut pas garder les mains le long du corps parce qu'un chien agressif va chercher à mordre les extrémités. Il ne faut pas trop se pencher vers lui parce que tu rentres dans sa bulle. Si tu sens que l'animal est peureux et agressif, faut que tu l'ignores, mais tout en gardant un oeil dessus parce que si tu lui tournes le dos, il peut en profiter pour te mordre. Si le chien est seulement peureux, il faut l'ignorer; il faut que la curiosité prenne le dessus sur la peur.»
M. Girard en profitera pour déboulonner quelques mythes, comme celui qu'il faut fixer le chien dans les yeux. «C'est une mise au défi directe.»
Pour en arriver à bâtir une formation adaptée aux pompiers, il lui a fallu en apprendre davantage sur les interventions d'urgence.
«J'ai posé bien des questions. Je travaille beaucoup avec eux autres, donc il y avait déjà pas mal d'informations que j'avais déjà, raconte-t-il. Tout ce qui est syndrome de Diogène [NDLR: qui pousse les gens à accumuler des trucs compulsivement, sans rien jeter], j'interviens avec eux. Pour la prévention, on peut passer dans les maisons avec eux. Je les ai vus aller, j'ai vu comment ils procèdent.»
Policiers et ambulanciers
Une formation sur mesure sera aussi créée pour les policiers et une autre pour les ambulanciers. «J'ai été approché par des corps policiers d'ici. C'est intéressant pour eux autres. Je sais que des gens disent que les policiers ont juste à tirer sur un chien agressif, mais as-tu pensé la quantité de rapports qu'un policier a à remplir quand il décharge son arme à feu? Si je suis capable d'éviter plusieurs accidents, je vais avoir rempli ma mission.»