Nommée le plus beau calvaire du Québec l'été dernier, la croix de chemin située à l'angle de la route 112 et du rang de la Grande-Barbue à Saint-Césaire a été heurtée par un véhicule.

Collision avec le plus beau calvaire du Québec

Les Fêtes ont mal débuté pour le plus beau calvaire du Québec, qui a pris des petits airs de tour de Pise après avoir été heurté par un véhicule tout juste avant le réveillon de Noël.
Une personne âgée a effectué une sortie de route le 23 décembre et a fini sa course dans le socle de la croix, abimant la base et faisant pencher celle-ci vers l'arrière.
Une campagne de financement a vite été mise en place afin de restaurer cette croix de chemin située à l'intersection de la route 112 et du rang de la Grande-Barbue à Saint-Césaire.
La Société d'histoire et de généalogie des Quatre Lieux, qui couvre les territoires de Saint-Césaire, Ange-Gardien, Saint-Paul-d'Abbotsford et Rougemont, est à l'origine de cette initiative.
« Un des mandats de notre société d'histoire est simplement de sauvegarder le patrimoine. Et le patrimoine religieux qui reste encore, pour nous, c'est très important. On a donc rénové toutes les croix de chemin - une trentaine - dans les Quatre Lieux il y a quelques années, mais celle-ci est particulière », souligne le président de l'organisme, Gilles Bachand.
Cette croix de chemin - qui est en fait un calvaire puisqu'il représente le Christ sur la croix - avait en effet été identifiée par le public comme le plus beau de la province l'été dernier lors des Fêtes patrimoniales de l'Acadie, un événement à saveur historique tenu à Saint-Jean-sur-Richelieu.
« On l'avait rénové une première fois il y a quelques années, et une semaine après, quelqu'un était rentré dans un poteau électrique situé à côté. Dans sa chute, le poteau avait juste effleuré la croix. On avait été chanceux, mais cette fois-ci, la personne est directement rentrée dedans avec sa voiture », raconte Gilles Bachand.
Si la base a tenu le coup, la croix s'est inclinée et est maintenant chambranlante, aux dires de M. Bachand. La Société d'histoire et de généalogie des Quatre Lieux vise donc à amasser 2000 $ afin de la restaurer en bonne et due forme.
« On pense que ça couvrirait l'ensemble des coûts. Nous sommes une société à but non lucratif et bien entendu, on n'a pas d'assurances pour ça. Au printemps, on va chercher des bénévoles pour faire les travaux, mais il va falloir acheter du bois et trouver des gens qui vont pouvoir chauffer le métal pour redresser les fers angle de la base », note M. Bachand. 
Plus qu'un symbole soulignant la forte appartenance du peuple québécois au catholicisme, les croix de chemin sont aussi des reliques de notre patrimoine, mentionne le président de la Société d'histoire des Quatre lieux.
Repère
Parsemées le long des routes rurales du Québec, les croix de chemin ont déjà eu plusieurs utilités dans le passé, relève M. Bachand. « Il y avait des rencontres religieuses sur place, notamment pour le mois de Marie, c'est aussi là que les amoureux se rencontraient, et elles étaient aussi un lieu de repère pour s'orienter à une époque où il n'y avait pas encore de pancartes pour identifier les rangs. »
Et comme celle-ci est sous l'oeil de milliers d'automobilistes qui empruntent chaque jour la route 112, il est d'autant plus important de la remettre dans son état original, estime M. Bachand, qui souligne que tous les dons sont les bienvenus.
Pour contribuer, il suffit d'appeler au 450 469-2409 ou d'envoyer un montant par la poste au secrétariat de la Société d'histoire et de généalogie des Quatre lieux à l'adresse suivante : 1291, rang Double, Rougemont, Québec, J0L 1M0.