Des verres réutilisables étaient vendus à la Clé des champs de Dunham pour diminuer la quantité de déchets générés par l’événement, ce week-end.

Clé des champs de Dunham: du succès et un virage vert entamé

Il faisait bon vivre sur la principale artère du village de Dunham, samedi. La pluie n’étant attendue que le lendemain, les abords de la rue fourmillaient de monde, venu découvrir et déguster une multitude de produits du terroir présentés à la Clé des champs.

La nouvelle administration de l’événement a pris un virage vert pour l’édition qui se déroulait tout le week-end. Les visiteurs étaient notamment invités à acheter un verre de dégustation réutilisable à faible coût pour réduire l’utilisation de shooters jetables, par exemple.

Quelques producteurs ont fait l’effort supplémentaire de retirer les cuillères de dégustation en plastique pour les remplacer par des petits cartons de dégustation. Des plats de carton étaient aussi utilisés à certains endroits pour servir un repas. Par contre, les sacs jetables ainsi que de grands verres en plastique pour la bière ou pour la slush étaient courants.

Le vigneron Robert Boulais, du vignoble Le Centaure, remarque que la consigne est venue tard. Par exemple, il avait un inventaire de sacs à passer avant de trouver une solution écoresponsable. « Je suis 100 % d’accord avec le virage vert, mais l’implantation a été drastique. La période d’adaptation était courte. On l’a su une semaine avant. Mais c’est sûr qu’il faut faire quelque chose pour la planète. »

En milieu d’après-midi samedi, il estimait à 30 % sa clientèle qui avait un verre réutilisable en main pour goûter ses produits.

Les trois quarts des visiteurs présents sous la tente du vignoble La Grenouille avaient leur verre, croit la propriétaire Sophie Pelletier. Elle admet également qu’elle a appris tardivement le virage écologique de l’événement. On a toutefois mis à leur disposition un lot de verres de plastique compostable, qu’elle a utilisés.

Geste citoyen

Des lavabos étaient aussi mis à la disposition des passants pour rincer leur verre ou remplir leur bouteille d’eau sur le site de la caserne incendie, où les pompiers étaient absents cette année. En temps normal, ils vendaient des bouteilles d’eau.

Les produits de OCNI Factory suscitaient la curiosité.

À cette station, Chantal et Golding se réjouissaient d’avoir en main un verre réutilisable. « C’est clair que c’est mieux, constate Chantal. Aujourd’hui, on ne peut plus continuer comme avant. On sait que c’est important pour les gens de Dunham. J’aurais été déçue de ne voir que des verres jetables. » « Avoir un verre d’identifié, c’est le fun. C’est un beau souvenir », renchérit Golding.

Au kiosque du Centaure, Léo et Lucie, deux « hippies modernes » d’Orford, avaient même leur sac à dos pour éviter de repartir avec des sacs de plastique. « Il est vide, mais on fait le tour et après on va acheter nos coups de cœur et les mettre dedans, explique Léo. Et sur la route des vins, qu’on fait une fois par année, on va traîner notre petit verre. »

Lucie ajoute qu’ils adhèrent au mouvement zéro déchet.

Quelques personnes avaient leur sac réutilisable pour le remplir de produits du terroir, mais au moins la moitié des gens croisés en une heure par l’auteure de ces lignes n’avaient pas de verre réutilisable. Quelques-uns d’entre eux étaient étonnés d’apprendre qu’il y avait des verres à vendre. La plupart n’avaient pas vu les tentes sous lesquelles ils étaient vendus.

Fureur autour de crayons de saveurs

Une jeune entreprise montréalaise a fait fureur à la Clé des champs de Dunham. Samedi, la tente où OCNI Factory (Objets comestibles non identifiés) se trouvait ne dérougissait pas. L’entreprise propose des bâtonnets en forme de crayon que l’on peut manger en copeaux. Un aiguisoir est fourni pour agrémenter les plats ou les cocktails avec des copeaux aux diverses saveurs, allant de basilic à cèpe en passant par ail noir et moutarde et miel — fait avec du miel des Trois acres de Dunham.

« On est comblées, commente Cécile Martin, qui s’occupe des communications et des événements pour OCNI Factory. Il y a beaucoup de gens très intéressés par le produit, qui sont curieux. C’est un produit qui a été créé de toute pièce ici. »

Les gens faisaient constamment la file pour goûter à quelques copeaux. Leur table avait été installée entre une fromagerie et un producteur d’alcool, deux éléments qui se marient bien avec leurs assaisonnements.

Leur présence était une nouveauté parmi les exposants de l’événement.

Il n’a pas été possible de connaître le nombre de visiteurs passés durant le week-end, au moment d’écrire ces lignes.