Porte-parole nationale de Bell Cause pour la cause pour une 4e année consécutive, Clara Hughes traversera le Canada à vélo pour briser les tabous de la maladie mentale.

Clara Hughes traversera le pays à vélo pour sensibiliser les Canadiens à la maladie mentale

Malgré ses nombreuses médailles aux Jeux olympiques, une des plus grandes victoires de Clara Hughes a eu lieu loin de l'anneau de glace et de la piste de vélo. Ayant elle-même vaincu la dépression, l'athlète de Glen Sutton parcourra 12 000 km en 110 jours pour briser les tabous de la maladie mentale.
La principale intéressée est très excitée à l'idée d'entamer ce périple qui comptera une centaine d'arrêts dans des écoles et des communautés canadiennes.
La difficile traversée, au départ de Toronto le 14 mars et dont l'arrivée est prévue à Ottawa le 1er juillet, représentera un défi physique et mental pour la cycliste, qui devra persévérer coûte que coûte. «Je crois que ce sera le voyage de ma vie! confie-t-elle, enthousiaste, à La Voix de l'Est. C'est une excellente manière de livrer le message, car ça ne sera pas de tout repos. On va rouler tous les jours et parfois dans de très mauvaises conditions, mais le message est là: il y a de l'espoir et on va réussir!»
Personne à l'abri
Le Grand Tour de Clara s'inscrit au coeur de la campagne Bell Cause pour la cause, dont l'athlète est l'ambassadrice nationale pour une quatrième année consécutive. «C'est une campagne incroyable qui a un impact sur les Canadiens de tous âges, souligne Clara Hughes. Mon rôle est d'encourager les gens à parler de maladie mentale, pour mieux la comprendre et en reconnaître certains symptômes.»
Signe que des tabous sont encore à démolir, elle-même ne semble pas encore totalement à l'aise de parler de sa propre expérience. «Ma dépression, ce n'est pas quelque chose dont j'ai envie de parler encore et encore. Mais je souhaite partager cette période de ma vie, comme tous les succès que j'ai connus dans le sport, si cela peut permettre à d'autres de parler et d'aller chercher de l'aide.»
Tous les détails dans notre édition de samedi