Claire Mailhot tentera de se faire élire comme conseillère municipale dans le district 2.

Claire Mailhot briguera les suffrages à Bromont

L'ex-candidate néo-démocrate dans Shefford aux dernières élections fédérales, Claire Mailhot, n'a pas perdu la flamme pour la sphère politique. Au contraire, elle souhaite mettre son expérience et sa passion pour sa municipalité au service des gens de son quartier, Lac Bromont.
Formidable. C'est le qualificatif qu'emploie Claire Mailhot pour décrire la municipalité de Bromont, pour laquelle elle a eu le coup de foudre il y a près de deux décennies. « Tous les gens qui viennent à Bromont me visiter disent "wow" ! Bromont est une ville rayonnante, une municipalité d'attractions. Et je veux continuer de m'impliquer pour faire progresser cette communauté que j'adore », a-t-elle confié en entrevue. 
La réhabilitation du lac Bromont ainsi que le projet de création du Parc des sommets figurent parmi les principales initiatives que Mme Mailhot compte voir se concrétiser. Outre ces deux enjeux, la femme de 58 ans veut « trouver des façons de bonifier la qualité de vie » des Bromontois. Pour y arriver, elle estime qu'il faut « amener les sphères environnementale, économique et sociale à un autre niveau ». À titre d'exemple, elle est d'avis qu'il faut faciliter les déplacements dans la communauté, possiblement par le biais du transport en commun, pour générer plus d'emplois. 
Claire Mailhot se dit par ailleurs au diapason des besoins des nombreuses jeunes familles qui s'installent à Bromont, car elle fait partie du comité chapeautant la Politique familiale de la localité. En ce qui concerne la population plus âgée, elle estime que le nombre de logements destinés à cette clientèle est insuffisant. Idem pour les services de soutien à domicile. « Tout est une question d'équilibre en société, a-t-elle dit. Il faut de nouveaux arrivants tout en ne déracinant pas la population vieillissante. »
La coopération figure parmi les principaux atouts de la Bromontoise. « Ma grande force est de travailler en réseau, a mentionné la conseillère au service externe en main-d'oeuvre (SEMO) de Granby et région. De jumeler les forces et les capacités de chacun. Je veux servir les gens, le bien commun, le vivre ensemble. Je suis une personne à l'écoute, une fille de terrain, créative et intègre. Ce sont de très bons ingrédients pour être conseillère municipale. »

Certains plongent, d'autres se retirent

Les élections générales prévues en novembre suscitent de l'intérêt à Bromont, principalement en ce qui concerne les postes de conseillers municipaux.
Pierre Distilio (district 1) et Réal Brunelle (district 5) tenteront d'obtenir un nouveau mandat, tandis que Sylvie Adam (district 6) est en réflexion quant à son avenir politique. Rappelons que Marie-Ève Lagacé (district 4) ne sera pas de retour. Idem pour Louis Villeneuve (district 2), qui briguera les suffrages à la mairie, alors que Diane Perron (district 3) songe à faire de même.
L'homme d'affaires François Dandenault, qui était en réflexion, a confirmé à La Voix de l'Est qu'il ne sera pas de la course pour prendre la relève de Pauline Quinlan.
De son côté, l'ex-président et fondateur de Gens d'affaires de Bromont (GAB), Marc Deslandes a décidé de ne plus se présenter comme conseiller municipal, principalement parce qu'il ne pourrait pas jumeler un tel mandat avec son emploi actuel.
Jacques Lapensée (ex-président du CNCB), qui avait perdu par quelques voix dans le district 1 aux dernières élections, tentera à nouveau de se faire élire.
Le journal a par ailleurs appris que Chantal Lecourt (ex-présidente du GAB) et le promoteur Gérald St-Pierre solliciteront également des mandats comme conseillers, mais ils ne sont pas encore fixés quant au quartier.
De même, le restaurateur Luc Viens (Bistro 633) et Guylaine Francoeur envisagent d'être sur les rangs.