Un résident du Centre d'hébergement et de soins de longue durée Villa Bonheur de Granby est décédé de l'influenza.

CHSLD villa bonheur: l'influenza fait une victime

L'influenza a fait une victime au Centre d'hébergement et de soins de longue durée Villa Bonheur de Granby. Cinq résidents ont également contracté la grippe et quelques autres présentent des symptômes du virus. Les visites sont d'ailleurs interdites à l'établissement.
Le premier cas d'influenza a été signalé mardi au CHSLD de la rue Court. Un résident en est décédé, a indiqué Denis Dubé, directeur des communications et des relations publiques du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Yamaska. Pour des raisons de confidentialité, aucune autre information n'a été révélée au sujet de la personne qui est décédée. 
«Bien souvent, l'influenza est un élément déclencheur. On peut penser que les gens qui sont en centre de longue durée ont des problématiques particulières au niveau médical. Ces clientèles sont déjà très malades et malheureusement, l'influenza peut être un élément déclencheur qui amène d'autres problématiques médicales», explique M. Dubé. 
L'éclosion de la grippe a été signalée à l'Agence de santé et de services sociaux, comme c'est toujours le cas lorsqu'une telle situation survient. Cinq résidents de Villa Bonheur ont contracté l'influenza et quelques autres démontrent des symptômes d'allure grippale. Certains n'en présentaient plus, hier. Dès que la situation a été observée, des mesures ont été mises en place pour contrôler la situation. «Dès qu'un patient est identifié avec des symptômes d'allure grippale ou d'influenza, il est mis en isolement pour éviter la propagation», explique M. Dubé.
Lorsque cela est possible, les activités sociales dans le centre d'hébergement sont annulées. Les résidents sont également encouragés à l'hygiène des mains avant les repas. Des rappels sont faits aux résidents comme aux membres du personnel. Les mesures de désinfection sont revues à la hausse pour diminuer le risque de propagation. 
Tous les détails dans notre édition de samedi