Annie Gaudreau, membre du comité de sauvegarde du CHSLD Horace-Boivin, souhaite maintenir la pression sur Québec.

CHSLD Horace-Boivin: le PQ prêt à appuyer la seconde pétition

Une « course contre la montre ». C’est l’image qu’emploie Annie Gaudreau, membre du comité de sauvegarde du CHSLD Horace-Boivin de Waterloo­, pour décrire l’urgence de trouver une formation politique pour déposer à l’Assemblée nationale la nouvelle pétition que le groupe veut lancer incessamment. De préférence avant que le ministre de la Santé, Gaétan­ Barrette­, rende sa décision à propos de l’avenir de l’établis­sement. Le Parti québécois a été le premier­ à s’avancer.

L’idée de lancer une seconde pétition pour éviter la fermeture du CHSLD Horace-Boivin date de plusieurs semaines. Elle s’est toutefois cristallisée ce week-end, alors que s’est tenu à Waterloo­ un « marathon musical » pour la cause, auquel ont pris part une dizaine d’artistes locaux. 

« Les gens sont venus en grand nombre. On sent vraiment que la population est derrière nous, a indiqué Annie Gaudreau. Les gens que l’on a rencontrés ont beaucoup de frustrations. Ils ne comprennent pas pourquoi notre député dans Brome-Missisquoi [Pierre Paradis] ne peut pas nous aider davantage dans le dossier. Ils se sentent abandonnés. Et ce qui revenait aussi dans les commentaires de citoyens, c’est qu’ils veulent une nouvelle pétition. Alors on va le faire. On ne peut pas rester inactifs. On doit bouger. »

Rappelons que le dossier est lié au projet de CHSLD à Granby. La construction du centre d’hébergement de 198 lits, d’ici 2019, entraînerait la fermeture du CHSLD­ Horace-Boivin (qui compte 43 lits), jugé trop vétuste pour une mise à niveau. 

De son côté, M. Barrette devait trancher au sujet de l’avenir du CHSLD « avant Noël ». « Si c’est après, ce sera dans la première semaine de janvier », avait-il indiqué à La Voix de l’Est. Selon nos informations, la décision du ministre de la Santé est toujours imminente.

Maintenir la pression

Au cours des derniers mois, le comité de sauvegarde a multiplié les actions pour maintenir la pression sur Québec. Juste avant le début du temps des Fêtes, le groupe avait lancé la campagne du carré vert, enjoignant la population­ à l’arborer. 

À ce jour, plus de 2200 bouts de tissus symboliques ont trouvé porteurs, a indiqué Mme Gaudreau­, initiatrice de la démarche. 

De plus, une pétition cumulant près de 5000 signataires avait été présentée en septembre au ministre de la Santé. En l’absence de Pierre Paradis à l’Assemblée nationale, le comité cherchait un député pour faire cheminer le dossier. 

Le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec, François­ Bonnardel, avait accepté de parrainer le document contestataire. Or, en raison de contraintes techniques, notamment le libellé trop long, la pétition n’a pas pu être officiellement déposée par le député de Granby.

Le député de Saint-Jean et porte-parole du PQ en matière de services sociaux, Dave Turcotte, souhaite parrainer la seconde pétition.

Pourparlers

Si le comité lance sous peu une nouvelle pétition, pas question de se retrouver les mains liées comme la première fois, a fait valoir Mme Gaudreau. « Nous recherchons un député qui va nous aider à écrire correctement cette pétition. On veut prévoir toutes les avenues. Entre autres que le ministre de la Santé puisse rendre une décision défavorable au maintien du CHSLD Horace-Boivin. »

En novembre dernier, deux députés péquistes avaient également été interpellés en ce sens, soit Alain Therrien (Sanguinet) et Diane Lamarre (Taillon), a mentionné Mme Gaudreau, précisant que le comité ne mise pas sur M. Bonnardel cette fois. 

« La position de François Bonnardel­ est délicate parce qu’il milite ouvertement et depuis longtemps pour les 198 places en CHSLD à Granby. C’est donc difficile pour lui de défendre le maintien du CHSLD Horace-Boivin », a-t-elle soutenu.

Vérifications faites auprès du PQ, c’est finalement le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, qui veut chapeauter ce second document contestataire. Outre cet engagement, le porte-parole du Parti québécois en matière de services sociaux souhaite souligner le travail fait en amont par le comité. 

« Il y avait des milliers de noms à la première pétition. On peut le réitérer à l’Assemblée nationale lors du dépôt de la nouvelle pétition pour que ce ne soit pas en vain », a-t-il indiqué lundi en entrevue.

« Il manque de places en CHSLD au Québec. [Le projet de centre d’hébergement] à Granby, c’est une chose. Si on ferme Waterloo­ en parallèle, on n’est pas plus avancés. [...] Si le CHSLD est si vétuste, qu’on en construise un nouveau », a fait valoir M. Turcotte­, appelé à donner sa vision du dossier. 

De son côté, Mme Gaudreau a confirmé que des pourparlers ont eu lieu avec le PQ pour que M. Turcotte porte la pétition.
Il était toutefois prématuré pour le comité de trancher à ce sujet lundi. 

« On doit parler avec [M. Turcotte­] pour voir s’il est sur la même longueur d’onde que nous. On ne veut pas seulement quelqu’un qui va déposer la pétition, a-t-elle dit. On veut une personne qui va venir sur place prendre connaissance du dossier et le défendre de A à Z. C’est primordial. D’un autre côté, on doit prendre une décision assez rapidement. »

L’idée d’une manifestation est également dans les cartons.